Brésil: la déforestation alimentée par les mafias

AmazonieUn rapport de Human Rights Watch pointe du doigt le rôle des réseaux criminels dans la déforestation de l'Amazonie au Brésil.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a publié lundi un rapport intitulé «les mafias de la forêt tropicale». La déforestation de l'Amazonie brésilienne a quasiment doublé entre janvier et août, à 6404 km2 contre 3337 km2 lors de la même période de 2018, soit l'équivalent de 640'000 terrains de football.

La destruction de l'Amazonie «est menée en grande part par des réseaux criminels qui emploient la violence et l'intimidation contre ceux qui se mettent en travers de leur chemin», accuse HRW.

L'organisation de défense des droits de l'homme demande au président d'extrême droite Jair Bolsonaro d'arrêter «ses attaques verbales et accusations sans fondement» contre les ONG et de «rétablir la coopération» entre le gouvernement et la société civile pour protéger les indigènes, les défenseurs de l'environnement et la forêt.

Coupe, débitage et vente de bois

«Les réseaux criminels ont la capacité logistique de coordonner la coupe, le débitage et la vente de bois à une large échelle et emploient des hommes armés pour intimider et, dans certains cas, exécuter, ceux qui essaient de défendre la forêt», poursuit HRW.

Le Brésil est le 4e pays pour les assassinats de défenseurs de l'environnement, selon les statistiques publiées en juillet par l'ONG Global Witness qui a comptabilisé 20 morts en 2018. Ce phénomène n'est pas nouveau, selon HRW, qui rappelle l'élimination, en 1988, de Chico Mendes, l'une des voix les plus connues à l'étranger de défenseurs de l'environnement.

L'ONG énumère 28 autres assassinats ces dernières années dont les responsables peuvent «selon des preuves solides» être impliqués dans les coupes illégales de bois. «Les responsables de violences sont rarement appelés devant la justice», déplore HRW, et dans de très nombreux cas, les dénonciations de menaces ne font l'objet d'aucune enquête.

«Tant que le Brésil n'adoptera pas de mesures urgentes contre la violence qui facilite la coupe illégale de bois, la destruction de la plus grande forêt tropicale du monde sera effrénée», précise le directeur des droits de l'homme et de l'environnement de HRW. (ats/nxp)

Créé: 17.09.2019, 05h42

Articles en relation

Inquiétudes pour les forêts tropicales

Environnement Les jungles en flammes en Amazonie et en Indonésie préoccupent les experts du climat. Leur destruction menace l'écosystème de la planète. Plus...

Un défenseur des indigènes assassiné en Amazonie

Brésil Après le drame des flammes qui ont ravagé la forêt, un représentant des autochtones qui y vivent, a été tué. Plus...

Un sommet pour défendre l'Amazonie

Amérique du Sud Pour répondre aux problèmes environnementaux en Amazonie, sept pays d'Amérique latine se sont réunis vendredi en Colombie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...