Passer au contenu principal

BrexitBoris Johnson mis en garde par Paris et Dublin

Les nouvelles conditions du premier ministre britannique, pour sortir de l'UE, suscitent de vives réactions.

La France et l'Irlande ont mis en garde vendredi le nouveau premier ministre britannique Boris Johnson, qui a annoncé vouloir renégocier l'accord sur le Brexit.

Dublin l'a accusé de mettre «délibérément» le Royaume-Uni sur «la voie d'un choc frontal» avec l'UE.

Boris Johnson a jugé jeudi «inacceptable» l'accord de retrait négocié par Theresa May, à qui il a succédé, et a réclamé à l'Union européenne (UE) de rouvrir les négociations. Il a en particulier exigé «l'abolition» de la disposition controversée du «filet de sécurité» irlandais. Une demande jugée «inacceptable» par le négociateur de l'UE Michel Barnier.

Vendredi, le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a accusé Boris Johnson de mettre «délibérément» le Royaume-Uni sur «la voie d'un choc frontal» avec l'UE, après une réunion avec le ministre chargé de l'Irlande du Nord Julian Smith. Les dirigeants de l'UE ont toujours répété qu'ils ne rouvriraient pas l'accord de divorce conclu en novembre.

Etablir une relation de travail

Interrogée sur la chaîne France 2 vendredi, la secrétaire d'Etat française aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin, a souhaité que la France puisse «dans les semaines qui viennent (...) négocier posément, calmement, dans des conditions apaisées, comment on travaille après (l'accord de divorce, ndlr), comment on travaille demain».

«Je préfère commenter les actes plutôt que les discours, surtout les discours de campagne ou les discours d'entrée au gouvernement. Je préfère que l'on puisse travailler» avec Boris Johnson, a-t-elle dit, tout en le mettant en garde contre les «postures» et les «provocations».

«On a l'accord sur la table. Ce qui est à renégocier et ce qui est encore à négocier, c'est la relation future, et il faut que nous soyons responsables», a-t-elle estimé. «Cela veut dire que nous, nous soyons clairs, prévisibles, et il faudrait qu'en face, on arrive à créer une relation de travail, que l'on ne soit pas dans les jeux, les postures, les provocations.»

Johnson invité en France et à Berlin

«S'il n'y a pas d'accord, cela veut dire que nous n'aurons pas de relation de confiance» avec le Royaume-Uni. «Les Suisses et les Norvégiens, ils ne sont pas dans l'Union européenne, mais on leur fait confiance car on a créé avec eux une relation commerciale, culturelle, économique apaisée. Ce que l'on recherche, nous, c'est l'apaisement», a-t-elle martelé.

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont tous deux annoncé vendredi avoir invité M. Johnson dans leur pays respectif. Boris Johnson est attendu en France dans un mois pour participer au sommet du G7 qui se tiendra du 24 au 26 août à Biarritz.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.