Passer au contenu principal

Royaume-UniBoris Johnson, atteint du Covid-19, hospitalisé

Dix jours après avoir été testé positif au coronavirus, le Premier ministre britannique a été admis à l'hôpital dimanche soir pour des examens.

Boris Johnson.
Boris Johnson.
AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, testé positif au nouveau coronavirus il y a dix jours, a été hospitalisé dimanche pour subir de nouveaux examens, ont annoncé ses services.

«Sur les conseils de son médecin, le Premier ministre a été admis ce soir à l'hôpital pour des examens», a annoncé Downing Street dans un communiqué. «Ceci est une mesure de précaution car le Premier ministre continue de présenter des symptômes persistants du coronavirus, dix jours après avoir été contrôlé positif», ajoute le communiqué.

Boris Johnson, 55 ans, avait annoncé vendredi qu'il prolongeait la quarantaine qu'il observe au delà des sept jours recommandés par les autorités sanitaires britanniques car il continuait d'avoir de la fièvre, un des symptômes de la maladie. «Si je me sens mieux (...) j'ai toujours l'un des symptômes», «j'ai toujours de la température», «je dois continuer ma quarantaine», avait-il déclaré dans une courte vidéo sur Twitter, où il apparaissait un peu hagard.

Le chef du gouvernement avait indiqué qu'il continuait de travailler depuis ses appartements de Downing Street.

«Je suis confiant et sûr qu'il va bien aller. C'est quelqu'un de solide», a déclaré le président américain Donald Trump, en qualifiant d'«ami» Boris Johnson.

Discours de la reine

De son côté, la reine Elisabeth II a encouragé dimanche les Britanniques à faire front avec «détermination» contre la pandémie. «Nous vaincrons», a-t-elle assuré dans une intervention télévisée historique qui témoigne de la gravité de la crise.

S'adressant directement à la population depuis le château de Windsor, à l'ouest de Londres, la souveraine a fait allusion à la Deuxième Guerre mondiale pour les inciter à faire preuve de résilience face à la maladie, qui a déjà tué près 5000 personnes dans le pays.

«J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi», a-t-elle déclaré dans cette allocution enregistrée, d'un peu plus de quatre minutes. «Et ceux qui nous succéderont diront que les Britanniques de cette génération étaient aussi forts que les autres», et que «les qualités d'autodiscipline, de détermination bienveillante et de camaraderie caractérisent toujours ce pays», a-t-elle ajouté, dans un discours «profondément personnel» selon ses services.

«Des jours meilleurs»

La souveraine, qui a servi comme mécanicienne durant la guerre, a laissé entrevoir une lumière au bout du tunnel. «Nous vaincrons - et cette victoire sera celle de chacun d'entre nous», a-t-elle assuré. «Alors que nous pourrions avoir à endurer plus encore, nous devrions trouver du réconfort dans le fait que des jours meilleurs viendront: nous retrouverons nos amis; nous retrouverons nos familles; nous nous retrouverons de nouveau.»

En raison de l'épidémie, Elisabeth II s'est retirée avec son époux, le prince Philip, au château de Windsor. Âgés respectivement de 93 et 98 ans, ils font partie de la population à risque face au coronavirus.

Elisabeth II a également remercié le personnel soignant, en première ligne dans la lutte contre la maladie dont a également souffert son fils aîné, le prince héritier Charles. Elle a reconnu la «douleur» et les «difficultés financières» auxquelles sont confrontées de nombreuses familles en cette «période perturbée». Elle a salué également les Britanniques qui restent chez eux pour éviter la propagation du virus, conformément aux consignes officielles.

Cette allocution télévisée est la quatrième d'Elisabeth II en période de crise depuis le début de son règne il y a 68 ans, même si elle adresse chaque année ses voeux à la nation à Noël. Les trois précédentes allocutions d'Elisabeth II en temps de crise ou de deuil ont eu lieu en 1991 lors de la première Guerre du Golfe, en 1997 à la veille des funérailles de la princesse Diana, et en 2002 après le décès de sa mère. Une cinquième allocution, en 2012, avait marqué le 60ème anniversaire de son règne.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.