«Boko Haram a fait allégeance à l’Etat islamique par mimétisme»

Afrique de l’Ouest Le Niger et le Tchad ont lancé une offensive contre Boko Haram qui a fait allégeance à Daech. Analyse

Depuis l’opération militaire française Serval au Mali, le circuit d’approvisionnement en armes de Boko Haram a changé. Le groupe s’est branché sur les réseaux locaux de trafic liés à la Libye et au Tchad et utilise les armes prises à l’armée nigériane.

Depuis l’opération militaire française Serval au Mali, le circuit d’approvisionnement en armes de Boko Haram a changé. Le groupe s’est branché sur les réseaux locaux de trafic liés à la Libye et au Tchad et utilise les armes prises à l’armée nigériane. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les armées tchadienne et nigérienne ont repris hier la ville nigériane de Damasak aux islamistes radicaux de Boko Haram. L’offensive lancée dimanche aurait fait quelque 200 morts parmi les combattants commandés par Abubakar Shekau, qui a fait allégeance samedi au groupe Etat islamique (Daech). Analyse avec Georges Berghezan, chercheur associé au Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (Grip) à Bruxelles.

Quel sens donner à l’allégeance de Boko Haram au groupe Etat islamique?

C’est une allégeance par mimétisme, qui n’a rien de surprenant. En août 2014, Abubakar Shekau, leur chef, proclamait un califat sur le territoire qu’il contrôle. Il s’est aussi inspiré des succès de Daech en changeant le mode de communication du groupe, avec la publication de premières vidéos. Cette allégeance est aussi une conséquence de l’affaiblissement d’Al Qaida dans la région. Jusqu’en 2014, Boko Haram était en lien avec AQMI, Al Qaida au Maghreb islamique. Depuis l’opération militaire française Serval au Mali, le circuit d’approvisionnement en armes de Boko Haram a changé. Le groupe s’est branché sur les réseaux locaux de trafic liés à la Libye et au Tchad et utilise les armes prises à l’armée nigériane.

Face à l’offensive tchadienne et nigérienne, Boko Haram peut-il bénéficier de soutiens?

Boko Haram s’inspire de l’Etat islamique en s’appuyant sur un territoire qu’il contrôle. Mais il dispose aussi de cellules dormantes comme Al Qaida. Au nord du Nigeria, ce sont les conditions de vie difficiles et la répression qui ont poussé des jeunes dans les bras de Boko Haram, qui rémunère ses combattants. Il y a aussi un facteur ethnique qui joue. Pour l’essentiel, ses combattants font partie de l’ethnie Kanuri. Boko Haram vise un territoire qui fut pendant plusieurs siècles celui de l’Empire Kanem-Bornou autour du lac Tchad. Il y a une sorte de continuité historique entre cet ancien royaume et le califat rêvé de Boko Haram.

Quel est l’objectif militaire de la coalition régionale?

C’est clairement de repousser Boko Haram à l’intérieur du Nigeria. Jusqu’où ira la coalition? C’est encore difficile à dire. L’armée camerounaise a réagi vigoureusement aux attaques. La capitale du Tchad, N’Djamena étant proche, ce pays est aussi très engagé. Son armée a de l’expérience et on constate une montée en puissance du Tchad dans la région. De plus, le Tchad est enclavé. Exportateur de pétrole, il a besoin de sécuriser le pipeline qui traverse le Cameroun pour acheminer l’or noir jusqu’à un port sur l’Atlantique. La Commission du lac Tchad qui regroupe les pays voisins a demandé des soutiens. La France qui a des troupes stationnées au Tchad et au Niger est critiquée, les pays de la zone estimant que Paris pourrait faire plus. Au sein de la CEEAC (Coopération économique des Etats d’Afrique centrale), on a aussi estimé que le Gabon qui dispose de ressources n’en fait pas assez. Enfin, on attend la réaction de l’Union africaine (qui a autorisé le déploiement d’une force de 10 000 hommes, ndlr) et attend le feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU.

A quelle réaction peut-on s’attendre de la part des djihadistes?

A des attentats, bien sûr. Il peut tenter de frapper les capitales des pays engagés contre lui. N’Djamena est la plus exposée. Même si le Tchad a été ménagé jusqu’ici. Boko Haram peut-il étendre son territoire? Boko Haram avait pour objectif de prendre le contrôle de la zone au nord du Cameroun. Il dispose en effet de complicités et de cellules dormantes dans des villes comme Maroua, Kousseri au Cameroun, mais aussi à N’Djamena, capitale du Tchad. Mais Boko Haram n’a jamais réussi à conserver le contrôle de territoires hors du Nigeria. De très nombreuses attaques ont été repoussées au Cameroun. Un camp de Boko Haram a même été démantelé au nord de ce pays. (TDG)

Créé: 09.03.2015, 18h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le PLR repousse son vote sur la démission de Maudet
Plus...