Boeing savait que son antidécrochage était défaillant

Crash en IndonésieLe constructeur aéronautique aurait tu des informations sur des dangers potentiels liés au système antidécrochage de ses 737-MAX 8 et 737-MAX 9, selon le «Wall Street Journal».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le constructeur aéronautique Boeing aurait passé sous silence des informations sur des dangers potentiels liés au système anti-décrochage de ses 737-MAX 8 et 737-MAX 9, qui pourrait avoir contribué à l'accident meurtrier d'un appareil de Lion Air fin octobre, affirme le «Wall Street Journal» (WSJ).

L'avionneur américain n'a pas fait de commentaires sur cette information. «Nous prenons toutes les mesures pour comprendre pleinement l'ensemble des aspects de cet accident», a indiqué mardi un porte-parole dans une déclaration écrite.

Il a également souligné que le groupe travaillait «étroitement» avec les enquêteurs et les autorités compétentes, rappelant que la sécurité était une priorité. Le WSJ, citant des experts de la sécurité impliqués dans l'enquête, des responsables de la Federal aviation administration (FAA) et des pilotes de ligne, indique que le système automatisé pour éviter le décrochage des 737-MAX 8 et 737-MAX 9 peut «dans des conditions (de vol) inhabituelles» faire piquer du nez ces moyen-courriers, «de façon si brusque que les équipages ne seraient pas en mesure de cabrer l'avion», ce qui l'entraînerait dans un piqué et un potentiel accident.

Les pilotes interloqués

Un tel scénario aurait été évoqué avec les compagnies clientes dans un bulletin de sécurité seulement une semaine après l'accident, selon le WSJ, relevant la «surprise de nombreux pilotes» d'apprendre une telle nouvelle.

Cette information est d'autant plus problématique que les pilotes n'ont pas pu être entraînés à l'éventualité d'un tel dysfonctionnement technique.

La semaine dernière, Boeing avait implicitement reconnu qu'un capteur d'incidence (AOA, Angle of attack sensor) pourrait être en cause dans l'accident d'un 737-MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air qui a fait 189 morts.

Les capteurs en question, aussi appelés sondes d'angle d'attaque, donnent l'angle de vol de l'appareil et sont potentiellement des avertisseurs de décrochage.

Le Boeing 737-Max 8 est un des plus récents modèles du constructeur. L'appareil accidenté n'était entré en service qu'au mois d'août dans la flotte de la compagnie à bas coût. (afp/nxp)

Créé: 13.11.2018, 16h31

Articles en relation

Crash de Lion Air: fin des recherches

Indonésie L'Indonésie a mis fin samedi aux recherches pour retrouver les corps des 189 passagers d'un Boeing de la compagnie Lion Air qui s'est abîmé en mer. Plus...

Ryanair a payé, le Boeing peut décoller

France L'Aviation civile avait fait saisir un appareil de Ryanair pour une histoire de subventions. La compagnie a versé la somme due et l'avion peut repartir. Plus...

Un capteur pourrait être en cause, selon Boeing

Crash en Indonésie Le constructeur américain a admis que les pilotes du vol Lion Air ont pu recevoir de fausses indications de la part d'un capteur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...