Biden, un «chien enragé», selon Pyongyang

États-UnisLe favori des primaires démocrates est un «chien enragé» qui mérite d'être «battu à mort», estime la presse officielle nord-coréenne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Corée du Nord s'est fendue d'une attaque verbale d'une rare violence contre le candidat démocrate à la Maison blanche Joe Biden, en présentant l'ex-vice-président comme un «chien enragé» qu'il faut «battre à mort» à coups de bâton. Les autorités nord-coréennes ne sont pas avares d'insultes, mais cette sortie sur Joe Biden a néanmoins surpris par son caractère outrancier.

Joe Biden «a la témérité d'oser calomnier la dignité de la direction suprême de la RPDC», peut-on lire jeudi dans une dépêche de l'agence officielle KCNA, qui cite les initiales du nom officiel du régime, la République populaire démocratique de Corée. «Les chiens enragés comme Biden peuvent faire du mal à beaucoup de gens si on les laisse en liberté», poursuit l'agence. «Il faut les battre à mort avec un bâton.» «Le faire sera aussi bénéfique pour les États-Unis», avance-t-elle.

On ignore dans l'immédiat ce qui a poussé Pyongyang à proférer ces insultes. Peut-être le fait que l'équipe de Joe Biden s'en soit pris cette semaine dans un clip de campagne à la politique étrangère de Donald Trump qui consiste selon elle à «faire l'éloge des dictateurs et des tyrans, et à repousser nos alliés».

Au moment où le mot «tyran» était prononcé, apparaissait une photo de la poignée de main historique entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, à Singapour en juin 2018.

«Biden qui ne s'est pas réveillé»

KCNA a même semblé reprendre à son compte un des surnoms favoris donnés par Donald Trump à son adversaire, «Sleepy Joe» («Joe-Dodo»), en indiquant que les Américains l'appelaient «Biden qui ne s'est pas réveillé». Joe Biden est l'incarnation «du dernier stade de la sénilité», poursuit l'agence. «Il semble temps pour lui que sa vie s'arrête.»

Ce n'est pas la première fois que l'agence nord-coréenne s'en prend à l'ancien vice-président, qu'elle avait en mai qualifié d'«imbécile» et d'«idiot au faible QI». Peu avant, Joe Biden avait critiqué l'approche de Donald Trump vis-à-vis de la Russie et de la Corée du Nord, et accusé le président américain d'avoir embrassé «des tyrans comme (Vladimir) Poutine et Kim Jong Un».

Les insultes de KCNA illustrent en tout cas de nouveau la tolérance zéro de la Corée du Nord quant aux critiques contre Kim Jong Un, selon Cheong Seong-Chang, chercheur à l'Institut Sejong. «Pyongyang n'a jamais pu supporter que son dirigeant soit qualifié de tyran ou de dictateur par le monde extérieur», relève-t-il.

Cette charge verbale n'en reste pas moins «assez élevée sur l'échelle» de la rhétorique nord-coréenne, a déclaré à l'AFP Mason Richey, spécialiste de la propagande nord-coréenne à l'Université Hankuk, en relevant la récurrence de l'expression «battre le chien». (afp/nxp)

Créé: 15.11.2019, 05h48

Articles en relation

Trump va au clash, Biden donne de la voix

Destitution Face à un Donald Trump menacé par une procédure d'«impeachment», les démocrates présentent un front uni. Plus...

Même combatif, Biden échoue à convaincre

Primaire démocrate Le candidat démocrate en tête des sondages s'est davantage défendu face à ses rivaux jeudi soir mais a échoué à dissiper les doutes. Plus...

Joe Biden, inoxydable espoir des anti-Trump

États-Unis Bras droit d’Obama pendant huit ans, il slalome entre hésitations et attaques. À 76 ans, il reste en haut des sondages. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...