Berlin, Paris, Kiev et Moscou pour une trêve

UkraineUne trêve au 1er septembre en Ukraine est soutenue «avec fermeté» par les dirigeants russe, ukrainien, français et allemand.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les dirigeants russe, ukrainien, français et allemand ont assuré mardi soir lors d'un entretien téléphonique soutenir «avec fermeté» la mise en place dans l'est de l'Ukraine d'un cessez-le-feu, selon le Kremlin. La trêve devrait avoir lieu pour la rentrée scolaire, prévue le 1er septembre.

«Les dirigeants ont soutenu avec fermeté la décision attendue le 23 août du groupe de contact d'annoncer un cessez-le-feu à l'occasion du début de l'année scolaire», a déclaré le Kremlin dans un communiqué, à l'issue de cette conversation téléphonique au format dit «de Normandie».

«Les dirigeants ont dit leur espoir que cette trêve amènera à une amélioration constante de la situation en termes de sécurité pour les écoliers et tous les civils du Donbass», a-t-il ajouté.

Trêve sans effet en juin

Dans un communiqué de la présidence, Kiev, qui a confirmé son soutien à l'annonce d'un cessez-le-feu, a indiqué également que les quatre dirigeants avaient «réaffirmé leur engagement personnel envers les accords de Minsk», signés en février 2015.

Cette conversation téléphonique s'est déroulée entre la chancelière allemande Angela Merkel et les présidents russe, ukrainien et français, Vladimir Poutine, Petro Porochenko et Emmanuel Macron.

Selon un décompte de l'AFP, 34 soldats ukrainiens ont été tués lors d'affrontements avec les rebelles prorusses, depuis l'instauration d'une trêve le 24 juin dans l'est de l'Ukraine.

Les accords de Minsk ont donné naissance à une série de trêves entre les séparatistes et les forces de Kiev, régulièrement rompues par des flambées de violence dont s'accusent les deux camps. Les accords visent aussi à instaurer un début de dialogue politique entre les rebelles prorusses et le gouvernement de Kiev, mais peinent à être mis en oeuvre.

L'Ukraine est en proie depuis plus de trois ans à un conflit opposant séparatistes prorusses et forces gouvernementales qui a fait plus de 10'000 morts. (ats/nxp)

Créé: 23.08.2017, 00h30

Articles en relation

«L’idée, c’est de créer une crise pour saboter les accords de Minsk»

Ukraine La proclamation de «Malorossiya», la «Petite Russie», intervient avant de nouveaux pourparlers entre belligérants sur le conflit à l’est de l’Ukraine. Plus...

«Malorossia»: un État censé remplacer l'Ukraine

Ukraine Les séparatistes pro russes ont déclaré vouloir organiser un référendum afin de créer un nouvel État. Kiev n'y voit qu'une plaisanterie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...