Berlin durcit le ton face à une Turquie «qui ne respecte pas les valeurs fondamentales»

AllemagneLe chef de la diplomatie, Sigmar Gabriel, annonce une «réorientation politique» et appelle les touristes à la prudence.

Le défenseur allemand des droits de l’homme Peter Steudtner.

Le défenseur allemand des droits de l’homme Peter Steudtner. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Turquie n’est plus un pays sûr. Ce jeudi, le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, a alerté ses compatriotes sur la gravité de la situation. Selon lui, les touristes allemands ne sont plus à l’abri d’une arrestation dans un pays qui «s’éloigne des valeurs fondamentales de l’Union européenne».

La Turquie est accusée de retenir arbitrairement en prison neuf Allemands (dont quatre ont la double nationalité) afin de les utiliser comme monnaie d’échange. Parmi eux, le journaliste germano-turc Deniz Yücel, correspondant du quotidien allemand Die Welt, placé en cellule d’isolement depuis près de cinq mois. Selon le quotidien populaire Bild Zeitung, le président Recep Tayyip Erdogan aurait proposé à Sigmar Gabriel de l’échanger contre deux généraux turcs accusés d’avoir participé à la tentative de putsch du 15 juillet 2016. Ceux-ci ont fui en Allemagne, où ils sont demandeurs d’asile. Une offre inacceptable pour Berlin.

L'arrestation de Peter Steudtner

Depuis l’arrestation à Istanbul du défenseur allemand des droits de l’homme Peter Steudtner, Berlin ne croit plus à un retour à la normale. «Peter Steudtner et Deniz Yücel sont dotages politiques», constate Cem Özdemir, coprésident du Parti écologiste et Turc d’origine. Le revirement de Berlin est l’aboutissement d’un engrenage diplomatique qui dure depuis plus d’un an. «A chaque crise, nous avons tenté d’apaiser les choses. A chaque fois, nous avons été déçus. Le moment est venu de réorienter notre politique vis-à-vis d’Ankara. Nous n’avons pas d’autre choix», a déploré le ministre des Affaires étrangères en annonçant d’autres mesures de rétorsion.

Pour faire comprendre qu’il s’agit bien d’une «réorientation politique», Sigmar Gabriel a également promis un réexamen des aides de l’Union européenne (UE) dans le cadre des négociations d’adhésion et surtout de la politique d’investissement en Turquie. «On ne peut pas accorder des garanties pour encourager les patrons à s’implanter dans un pays qui ne respecte pas les droits fondamentaux et où des dizaines d’entreprises allemandes sont accusées de faire le jeu du terrorisme», a dénoncé Sigmar Gabriel.

Grande irresponsabilité politique

«Il est inacceptable d’éveiller des doutes dans l’esprit des investisseurs allemands», a rétorqué le porte-parole du président turc, Ibrahim Kalin. Berlin fait preuve d’une «grande irresponsabilité politique», a-t-il ajouté. La réorientation des relations germano-turques pourrait bouleverser les rapports économiques entre les deux pays (35 milliards de francs d’échanges chaque année). L’Allemagne, qui héberge la plus grande diaspora turque (3 millions de personnes), compte près de 7000 entreprises en Turquie.

(TDG)

Créé: 20.07.2017, 20h58

Articles en relation

La Turquie prolonge la détention de six militants d’Amnesty

Un tribunal a prononcé mardi le maintien en prison de six membres de l’ONG, accusés de lien avec des organisations terroristes. Plus...

«En Turquie, les putschistes ont encore des sympathisants cachés»

Turquie La Turquie a marqué l’anniversaire de la tentative de coup d’Etat ce samedi. A Genève, le consul général nie toute dérive autoritaire. Plus...

Genève se mobilise en soutien à Amnesty Turquie

Place des Nations Une manifestation pour demander la libération des deux membres de l’ONG a eu lieu ce lundi. Le Municipal s'était aussi prononcé pour demander la libération du président de l’ONG, Taner Kiliç. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.