Passer au contenu principal

Benny Gantz formera un nouveau gouvernement

Le dirigeant du parti centriste «Bleu-Blanc» sera nommé lundi par le président israélien pour constituer une nouvelle équipe ministérielle.

Benny Gantz a reçu le soutien de la majorité des membres du Parlement ce dimanche.
Benny Gantz a reçu le soutien de la majorité des membres du Parlement ce dimanche.
AFP

Le président israélien Reuven Rivlin a annoncé son intention de charger lundi le centriste Benny Gantz de former un gouvernement. Mais seulement après une discussion trilatérale «d'urgence» impliquant le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu à propos d'un cabinet d'union.

Pour Reuven Rivlin, il est surtout nécessaire de former un gouvernement «le plus tôt possible», afin de tenter de contenir la propagation de l'épidémie de coronavirus en Israël où 213 cas de personnes contaminées ont été recensés jusqu'ici.

Les législatives du 2 mars, les troisièmes en moins d'un an, n'ont pas réussi à départager Benjamin Netanyahu, chef du parti de droite Likoud, et Benny Gantz, ex-chef d'état-major et dirigeant du parti centriste «Bleu-Blanc».

Majorité pour Gantz

Dimanche, Reuven Rivlin a reçu les représentants des partis élus au Parlement pour qu'ils lui fassent part de leur candidat favori pour former une nouvelle équipe ministérielle. Au terme de ces consultations, «61 députés ont recommandé Benny Gantz, contre 58 députés pour (...) Benjamin Netanyahu», a indiqué le bureau du président dans un communiqué.

En soirée, Reuven Rivlin a rencontré Benjamin Netanyahu et Benny Gantz, convoqués «d'urgence» pour discuter de la possibilité d'un gouvernement d'union. Mais les discussions n'ont pas abouti et doivent se poursuivre, selon un communiqué commun du Likoud et de «Bleu-Blanc».

En conséquence, «demain (lundi), autour de midi (11h en Suisse), le président confiera à Benny Gantz la tâche de former un gouvernement», ajoute le texte.

En Israël, il est nécessaire d'être soutenu par au moins 61 des 120 membres du Parlement pour constituer un cabinet. A l'issue des précédentes élections d'avril et septembre 2019, aucun bloc n'était parvenu à atteindre ce seuil.

Ancien chef d'état-major, Benny Gantz a obtenu le soutien de la «Liste unie» des partis de la minorité arabe israélienne (15 sièges), qui l'ont recommandé auprès de Reuven Rivlin, ainsi que celui du parti de droite nationaliste laïque Israël Beiteinou d'Avigdor Lieberman.

Eviter une quatrième élection

«Nous recommandons Benny Gantz pour une raison très simple: lors de la dernière campagne, nous avons dit que le plus important était d'éviter une quatrième élection», a affirmé Avidgor Lieberman. «Nous avons aussi dit que nous soutenons fortement un gouvernement d'urgence et d'unité nationale», a ajouté cet ancien allié et ministre de Benjamin Netanyahu.

Il n'est toutefois pas certain que Benny Gantz parvienne à former un gouvernement du fait des divergences entre ses soutiens, Avigdor Lieberman ayant par le passé refusé de participer à un gouvernement soutenu par les partis arabes israéliens.

Dans ces circonstances, Reuven Rivlin pourrait chercher «à accentuer la pression» tant sur Benny Gantz que Benjamin Netanyahu «pour qu'ils envisagent un gouvernement d'union», selon Gideon Rahat, professeur à l'Université hébraïque de Jérusalem.

Cabinet d'union pour six mois

Inculpé pour malversation et abus de confiance dans trois affaires, Benjamin Netanyahu appelle depuis plusieurs jours à la formation d'un gouvernement d'union nationale sous sa direction, pour répondre à la crise du coronavirus.

«Le gouvernement servira six mois et les ministères seront répartis de manière égale: le Premier ministre ne pourra pas démettre les ministres de 'Bleu-Blanc' et 'Bleu-Blanc' ne pourra pas destituer le Premier ministre», a-t-il proposé dimanche dans un communiqué.

A l'issue des deux précédentes élections, Benny Gantz avait refusé de participer à un gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu car celui-ci est inculpé pour malversation et abus de confiance. Premier chef de gouvernement de l'histoire d'Israël à être mis en examen en cours de mandat, il clame son innocence et se dit victime d'une «chasse aux sorcières».

Son procès qui devait s'ouvrir mardi a été reporté de deux mois «au vu de la propagation du coronavirus et selon les instructions limitant le travail des tribunaux», a annoncé le tribunal de Jérusalem.

Les autorités ont annoncé de nouvelles mesures pour tenter d'arrêter la propagation de l'épidémie: les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, tous les lieux de loisirs doivent rester fermés, comme le sont déjà écoles et universités.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.