Passer au contenu principal

Le beau-frère du roi a 5 jours pour aller en prison

Iñaki Urdangarin, qui arrivait de Suisse, a été accueilli au tribunal de Palma de Majorque.

Le mari de l'infante Cristina a été accueilli au tribunal de Palma de Majorque par de nombreux journalistes et de nombreuses personnes qui l'ont traité de «voleur».
Le mari de l'infante Cristina a été accueilli au tribunal de Palma de Majorque par de nombreux journalistes et de nombreuses personnes qui l'ont traité de «voleur».
AFP

La justice espagnole a donné mercredi cinq jours au beau-frère du roi, Iñaki Urdangarin, pour aller en prison, après sa condamnation à cinq ans et dix mois de prison mardi en appel dans une affaire de malversations, a-t-on appris de source judiciaire.

L'ancien handballeur, deux fois médaillé de bronze aux Jeux olympiques, peut encore déposer un recours devant la Cour constitutionnelle pour tenter de suspendre l'application de la peine, mais selon la jurisprudence de cette instance, elle ne le fait que si la peine est inférieure à cinq ans.

Le feuilleton judiciaire entamé au début des années 2010 pourrait donc se finir derrière les barreaux pour le mari de l'infante Cristina, soeur cadette du roi Felipe VI.

Arrivé en avion mercredi matin de Suisse, où il est installé avec sa famille, Iñaki Urdangarin a été accueilli au tribunal de Palma de Majorque (Baléares), par des dizaines de journalistes et des gens le traitant notamment de «voleur», a constaté un photographe de l'AFP.

L'enquête a démarré en 2010

En première instance, Iñaki Urdangarin, 50 ans, avait été condamné en février 2017 par ce tribunal à six ans et trois mois de prison pour avoir détourné entre 2004 et 2006 avec un associé plusieurs millions d'euros de subventions attribuées à Noos, une fondation à but non lucratif qu'il présidait.

Mardi, la Cour suprême de Madrid a confirmé sa condamnation pour détournements de fonds publics, fraude fiscale et trafic d'influence mais l'a acquitté du délit de faux et usage de faux, ce qui explique la réduction de la peine de cinq mois.

L'enquête avait démarré au début des années 2010, alors que l'Espagne s'enfonçait dans la crise économique.

Combinée à d'autres scandales concernant cette fois le roi Juan Carlos, comme un voyage au Botswana pour une partie de chasse à l'éléphant en 2012 ou ses liens avec une aristocrate allemande, cette affaire avait sérieusement terni l'image de la monarchie. Au point de précipiter l'abdication du roi en faveur de son fils Felipe en juin 2014.

Après sa mise en cause judiciaire, le nouveau roi a écarté sa soeur et son mari des cérémonies officielles, retirant à Urdangarin le titre de duc qui lui avait été concédé. Et le couple s'est installé en Suisse, loin des paparazzis, avec ses quatre enfants.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.