Passer au contenu principal

AutricheBattue de peu, l'extrême-droite crie à la fraude

L'extrême droite autrichienne va étudier les «innombrables» cas de fraude pour contester éventuellement le résultat.

Le chef du FPÖ, Heinz-Christian Strache.
Le chef du FPÖ, Heinz-Christian Strache.
AFP

«Nous allons demander à un organisme neutre et indépendant d'examiner les innombrables indications (d'irrégularités) et nous déciderons ensuite» s'il faut contester le résultat du scrutin, a déclaré le chef du FPÖ, Heinz-Christian Strache, au quotidien Kronen-Zeitung.

«Il y a beaucoup d'indications provenant des votants et jusqu'à présent cinq plaintes pour violation de la loi», a-t-il ajouté dans cette interview, prévenant que «le résultat de l'élection pourrait changer».

L'écologiste Alexander Van der Bellen avait remporté d'une courte tête l'élection présidentielle du 22 mai face à Norbert Hofer du FPÖ, qui a échoué de justesse à devenir le premier président d'extrême droite en Europe.

Près d'un électeur autrichien sur deux a voté au deuxième tour pour le FPÖ, un des partis de droite radicale les plus puissants électoralement en Europe.

Avec 50,3% des suffrages, Alexander Van der Bellen, ancien dirigeant des Verts, a devancé son adversaire de 0,6 point, soit 31.026 voix. Norbert Hofer a obtenu 49,7% des suffrages.

Le FPÖ, qui caracole en tête des sondages pour les législatives depuis plusieurs mois, espère cependant décrocher la chancellerie, le cœur exécutif du pouvoir, lors du prochain scrutin parlementaire en 2018.

La semaine dernière, les autorités autrichiennes avaient indiqué enquêter sur plusieurs cas d'irrégularités présumées au cours du scrutin.

Elles concernent dans la plupart des cas des votes par correspondance ouverts trop tôt et ne devraient pas modifier le résultat du scrutin, selon des experts.

Heinz-Christian Strache a entre temps dû demander à ses partisans de modérer leurs propos, certains d'entre eux ayant appelé à la violence contre Alexander van der Bellen et ayant même publié son adresse sur la page Facebook, très populaire, du chef du FPÖ.

Selon la presse, la police a renforcé la protection de Alexander van der Bellen après ces appels.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.