Barricadée, Biarritz se prépare au G7

FranceJeudi, le sud-ouest de la France s'était transformé en camp retranché pour accueillir ce week-end le sommet du G7.

Plus de 13'000 agents des forces de l'ordre sont mobilisés pour le G7.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Désertés par les touristes, protégés par plus de 13'000 policiers et gendarmes, Biarritz et le Pays basque, dans le sud-ouest de la France, se sont transformés en camp retranché pour accueillir ce week-end le sommet du G7, où un grand rassemblement d'opposants fait craindre des violences.

Donald Trump, Angela Merkel ou Boris Johnson seront accueillis avec faste jusqu'à lundi dans la station balnéaire, ancien village de pêcheurs devenu le rendez-vous des têtes couronnées au XIXe siècle, puis aujourd'hui celui des surfeurs.

G7 boycotté

A une vingtaine de kilomètres, des milliers d'opposants ont déjà entamé leur «contre-sommet» à Hendaye et Irun (Espagne). Ils dénoncent un G7 placé par la France sous le signe de la lutte contre les inégalités - alors que, selon eux, Emmanuel Macron les creuse avec une politique trop libérale. Ils regrettent aussi la «démesure» d'un dispositif de sécurité «ahurissant».

Des ONG réunies au sein de Réseau action climat (RAC) ont déjà annoncé jeudi qu'elles boycotteraient le G7, dénonçant la décision de l'Elysée (présidence française) de «limiter le nombre d'accréditations des ONG» et de «les garder à l'écart du sommet». La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne, venue à Biarritz, a pourtant promis «des engagements concrets sur les enjeux environnementaux» au G7, citant notamment biodiversité, neutralité carbone, finance verte, transport maritime et croisiéristes.

Contestation sociale

Éprouvées par la contestation sociale des «gilets jaunes» et leurs nombreuses manifestations parfois violentes, les autorités françaises ont mis en place un «dispositif exceptionnel» pour une «vigilance maximale»: robots démineurs, drones, sauveteurs, plongeurs, brigades canines... avec l'appui de l'armée et de la sécurité civile.

«Nous ne tolérerons aucun débordement», a prévenu le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, identifiant «trois menaces majeures»: des débordements lors de manifestations, l'hypothèse terroriste et la menace de cyberattaques.

La France loue aussi sa «coopération exceptionnelle» avec Madrid, qui a mobilisé près de 3000 forces de l'ordre, sans compter la police de la région autonome basque. La vue de véhicules de la «Guardia Civil» sur les routes côté français fait toutefois grincer des dents certains sympathisants de la cause indépendantiste basque.

Après de longs mois de crise des «gilets jaunes», policiers et gendarmes doivent à nouveau se mobiliser. Leur moral est «excellent», assurent les autorités françaises. Mais pour des syndicats de police qui dénoncent depuis des mois l'épuisement dans les rangs, le G7 vient comme «une cerise sur le gâteau» au goût amer.

«Répression crescendo»

Si les organisateurs du «contre-sommet» assurent que leur mouvement s'inscrit dans la non-violence, la grande manifestation prévue samedi d'Hendaye à Irun (Espagne) fait redouter des débordements.

Selon des sources dans les milieux d'ultra-gauche français, le ton n'est pas à la confrontation massive avec les forces de l'ordre, mais plutôt au blocage pour perturber le sommet. «Ce sont peut-être plutôt les (black blocs) étrangers qui vont peser», dit un militant parisien. En France, «la répression crescendo a dissuadé».

Deux ressortissants allemands visés par une interdiction de séjour en France avant la tenue du G7 ont été arrêtés cette semaine et expulsés.

Dispositif spécial

Pour un éventuel traitement judiciaire de fauteurs de troubles, un dispositif spécial a été mis en place sur la Côte basque, avec 17 procureurs et 300 places de gardes à vue. Baptême du feu pour la police, elle a encadré sans problème jeudi matin une petite manifestation non-autorisée de 200 opposants entre Urrugne et Hendaye.

Selon l'Elysée, Biarritz attend 2000 journalistes accrédités et 3000 membres des délégations, soit quelque 25'000 nuitées pour les hôtels de la région, qui devraient compenser en partie la fuite des touristes.

La ville sera bouclée à double tour dès jeudi soir : deux zones très strictes ont été délimitées en centre-ville, la rouge et la bleue, et il faudra montrer patte blanche, un casse-tête pour habitants et commerçants. (afp/nxp)

Créé: 22.08.2019, 20h05

Le Canada opposé à un retour au G8 avec la Russie

Le Canada s'est dit opposé jeudi à un retour au G8, avec la réintégration de la Russie, tant que Moscou n'aura pas libéré les territoires annexés dans l'est de l'Ukraine. Le président américain Donald Trump s'était déclaré mardi favorable au retour de Moscou.

Articles en relation

Macron passe en revue ses grands thèmes du G7

France À quelques jours de l'ouverture du sommet à Biarritz, le président français a exposé les «grand sujets» qui devraient occuper les débats. Plus...

Un sommet du G7 chancelant

France Réuni à Biarritz en fin de semaine, le sommet du G7 aura fort à faire face aux dossiers qui s'accumulent. Plus...

Cinq hommes arrêtés en marge du G7

Sommet à Biarritz Cinq personnes ont été interpellés dans le cadre de la sécurité du sommet du G7. Ils appelaient sur les réseaux sociaux à attaquer des gendarmes. Plus...

Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7

Diplomatie Le président français a reçu ce lundi son homologue russe à Brégançon en amont du sommet du G7 de Biarritz. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...