Passer au contenu principal

EnvironnementLe monde s'éteint pour «Une heure pour la planète»

Dans plus de 7000 villes et communes de 172 pays, des édifices emblématiques se sont éteints samedi soir à 20h30 lors de l'opération «Une heure pour la planète» organisée par le WWF.

La porte de Brandebourg, à Berlin, dans la nuit. (28 mars 2015)
La porte de Brandebourg, à Berlin, dans la nuit. (28 mars 2015)
AFP
La Basilique Saint-Pierre, au Vatican. (28 mars 2015)
La Basilique Saint-Pierre, au Vatican. (28 mars 2015)
Keystone
Le Kremlin, à Moscou, dans la nuit. (28 mars 2015)
Le Kremlin, à Moscou, dans la nuit. (28 mars 2015)
Keystone
1 / 4

L'Australie a donné le coup d'envoi. L'Opéra et le pont de Sydney ont été les premiers monuments dans le monde à être plongés dans le noir pour rappeler la nécessité d'agir pour le climat.

En Suisse, 25 localités y participaient.

A 20h30 locales, l'éclairage de monuments - dont Times Square à New York, l'Acropole à Athènes ou le Christ du Corcovado de Rio - s'est éteint ou a été tamisé. Les citoyens, collectivités, entreprises, gouvernements étaient aussi invités à débrancher leurs lumières une heure durant.

A Paris, qui accueillera en décembre la conférence mondiale sur le climat, la Tour Eiffel a été éteinte pendant cinq minutes seulement pour des raisons de sécurité. En Suisse, 25 communes se sont jointes au mouvement: le château de Chillon à Montreux (VD), le cloître de St-Gall et le Pont de la Chapelle à Lucerne, notamment, ont ainsi été plongés dans le noir.

Pour le Fonds mondial pour la nature (WWF), organisateur de cette campagne, l'idée n'est pas d'économiser de l'électricité pendant une heure, mais de rappeler le coût pour la planète de l'énergie consommée. L'opération vise aussi à réclamer des engagements internationaux forts pour freiner le réchauffement du climat.

Récoltes en danger

«C'est presque comme si tout avait disparu», a déclaré Tony Jennings. Il se trouvait sous l'immense pont qui enjambe la baie de Sydney au moment où la structure a été plongée dans le noir.

En Australie, important producteur agricole, l'action attire surtout l'attention sur les dangers que le réchauffement climatique fait courir aux récoltes. «En Australie, l'agriculture est le secteur le plus vulnérable à l'impact du changement du climat», a déclaré Anna Rose, responsable de l'opération annuelle dans le pays.

L'initiative avait démarré à Sydney en 2007, avant de gagner rapidement la planète entière dès l'année suivante.

La vidéo de l'évènement:

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.