Passer au contenu principal

IndonésieAttentat-suicide contre des policiers à Sumatra

Un homme s'est fait exploser mercredi devant un bâtiment de la police sur l'île de Sumatra. Six personnes ont été blessées.

La police sur les lieux de l'attaque à Medan, mercredi 13 novembre 2019.
La police sur les lieux de l'attaque à Medan, mercredi 13 novembre 2019.
AFP

Un kamikaze s'est fait exploser devant un bâtiment de la police dans l'ouest de l'Indonésie au cours d'une attaque à la bombe qui a fait six blessés et tué son auteur, a indiqué la police mercredi.

L'explosion s'est produite vers 08H45 locales (01H45 GMT) devant un bâtiment de la police dans la ville de Medan sur l'île de Sumatra.

«Nous pensons à ce stade qu'il s'agissait d'un loup solitaire », a indiqué le porte-parole de la police, Dedi Prasetyo, à des journalistes. «Les forces anti-terroristes et des spécialistes de la médecine légale étudient toujours la scène du crime», a-t-il ajouté.

Quatre policiers et deux civils blessés

Un journaliste de l'AFP sur place a vu un corps déchiqueté sur le sol devant la station de police.Selon un document d'identité publié par les autorités, l'assaillant était un étudiant. Le jeune homme portait les explosifs sur lui. Des images de vidéo-surveillance le montrent arriver sur les lieux de l'attaque vêtu d'un blouson de l'une des sociétés de moto-taxi indonésiennes.

Au moins six personnes ont été blessées au cours de l'attaque, dont quatre policiers et deux civils, a indiqué le porte-parole précisant que les blessures n'étaient pas majeures. L'Indonésie a lancé cette semaine un site internet invitant le public à signaler des contenus extrémistes qui pourraient être publiés par des fonctionnaires, notamment ceux incitant à la haine ou à l'intolérance.

Cible fréquente d'attaques d'extrémistes

Si 90% de la population de ce pays de 260 millions d'habitants est musulmane, l'Indonésie compte d'importantes minorités, chrétiennes, hindoues ou bouddhistes, qui ont été la cible de groupes musulmans radicalisés.

Les postes de police sont aussi une cible fréquente d'attaques d'extrémistes dans ce pays d'Asie du Sud-Est qui compte la plus grande population musulmane au monde.

En août, les forces de l'ordre indonésiennes ont tiré sur un homme radicalisé et l'ont arrêté après une attaque contre des policiers à un poste de police de Surabaya, la deuxième plus grande ville du pays.

Le mois dernier, le président indonésien Joko Widodo a annoncé un renforcement des mesures de sécurité après que le ministre à la Sécurité Wiranto a été poignardé et gravement blessé dans une attaque.

Les deux assaillants, un couple marié, ont été arrêtés et la police a révélé que l'homme était lié à l'organisation djihadiste, Jamaah Ansharut Daulah (JAD), ayant fait allégeance au groupe Etat islamique (EI).

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.