L'EI revendique l'attaque au couteau à Londres

Royaume-UniL'attaque au couteau qui a fait trois blessés dimanche à Londres a été revendiquée ce lundi par le groupe Etat islamique.

Vidéo: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué lundi une attaque au couteau menée la veille à Londres ayant fait des blessés, selon Amaq, l'organe de propagande des djihadistes.

«L'assaillant dans le quartier de Streatham dans le sud de Londres hier (dimanche) fait partie des combattants de l'Etat islamique», a indiqué Amaq dans un communiqué.

«Il a mené l'attaque en réponse aux appels à cibler les ressortissants des pays de la coalition» internationale antidjihadistes, souligne le communiqué partagé sur les chaînes Telegram du groupe djihadiste.

Perquisitions

La police britannique a annoncé lundi mener des perquisitions au lendemain d'une attaque au couteau perpétrée par un condamné pour terrorisme en liberté conditionnelle qui a poussé le gouvernement à promettre des mesures supplémentaires contre les auteurs de tels délits.

«Des perquisitions sont menées à deux adresses résidentielles dans le sud de Londres et dans la zone de Bishop's Stortford», petite ville au nord de la capitale, a indiqué la police dans un communiqué.

«Aucune arrestation n'a été effectuée et l'enquête se poursuit à un rythme soutenu», a-t-elle ajouté.

Sudesh A., 20 ans, a poignardé deux personnes dimanche peu avant 14h (15h en Suisse) dans une rue commerçante du quartier londonien de Streatham, avant d'être abattu par la police.

Une troisième personne a été blessée dimanche par un éclat de verre provoqué par un tir des forces de l'ordre.

Cette attaque «de nature islamiste», selon la police, a conduit le premier ministre Boris Johnson a promettre dès lundi «des changements fondamentaux» dans le traitement des auteurs d'actes terroristes.

Durcissement législatif

Le gouvernement britannique a promis de sévir davantage contre les personnes condamnées pour terrorisme, au lendemain de l'attaque.

Cette attaque «de nature islamiste», selon la police, a conduit le Premier ministre Boris Johnson à promettre dès lundi «des changements fondamentaux» dans le traitement des auteurs d'actes terroristes.

Son gouvernement avait déjà annoncé un durcissement législatif à la suite de l'attaque qui avait fait deux morts fin novembre à London Bridge, en plein centre de Londres, perpétrée par un djihadiste automatiquement remis en liberté conditionnelle, tout comme l'assaillant de dimanche.

Le projet de loi, qui prévoit notamment d'alourdir les peines pour les auteurs d'actes terroristes, avec un minimum de 14 ans de prison pour les infractions graves, et d'interdire leur libération anticipée, doit être déposé prochainement au Parlement, où les conservateurs disposent d'une très large majorité.

Eviter la récidive

Le texte se concentre aussi sur la prévention de la récidive, promettant de doubler le nombre d'agents de probation. «Nous ne voulons pas revenir à un système nécessitant beaucoup de surveillance très, très laborieuse (...) quand une version carcérale peut se révéler meilleure», a dit Boris Johnson lors d'une conférence de presse.

«L'anomalie que nous devons résoudre est le processus par lequel certaines personnes continuent d'être remises en liberté conditionnelle automatiquement sans aucun examen», a-t-il ajouté, estimant aussi «très difficile» de réhabiliter des islamistes. (afp/nxp)

Créé: 03.02.2020, 10h05

Articles en relation

Un acte «terroriste» fait trois blessés à Londres

Royaume-Uni Dimanche, la police londonienne a tué l'auteur d'une attaque au couteau, qui avait déjà été condamné pour des délits terroristes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...