Trump et Kim ont rendez-vous le 12 juin à Singapour

DiplomatieQuelques heures après avoir accueilli trois Américains libérés par la Corée du Nord, Trump a annoncé le lieu et la date de la rencontre.

Le président Donald Trump a accueilli les trois prisonniers américains libérés par Pyongyang dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le président Donald Trump a accueilli les trois prisonniers américains libérés par Pyongyang dans la nuit de mercredi à jeudi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a quelques mois à peine, Donald Trump se moquait encore sur Twitter de Kim Jong-un en le traitant de «petit homme fusée». Le dictateur nord-coréen de 33 ans n’était guère avare d’insultes non plus. Le 4 juillet 2017, il avait notamment célébré un essai de missile balistique en affirmant, selon l’agence de presse nord-coréenne, qu’il était dédié aux «salopards d’Américains». Les tensions entre Washington et Pyongyang étaient telles à cette époque qu’elles faisaient redouter une confrontation nucléaire. Au lieu de cela, quelques heures après avoir accueilli jeudi trois ressortissants américains libérés par la Corée du Nord, Donald Trump a annoncé sur Twitter qu’il rencontrerait Kim Jong-un le 12 juin prochain à Singapour: «Nous allons tous les deux essayer d’en faire un moment très spécial pour la paix!» a assuré le président des États-Unis.

Cette rencontre historique – la première entre un président américain et un dirigeant nord-coréen – doit se dérouler cinq jours après le sommet du G7 au Québec. Elle offre à Donald Trump l’occasion de prouver à ses concitoyens et au monde que son approche marche. Après avoir passé une année et demie à défaire méthodiquement ce que son prédécesseur Barack Obama a entrepris, le sommet avec Kim Jong-un lui offre l’opportunité de marquer de «son empreinte» la scène diplomatique internationale, selon le terme employé par Charles Armstrong, un professeur d’histoire à la Columbia University à New York, et un spécialiste de la Corée du Nord.

Première victoire

La libération des trois prisonniers américains est une première victoire pour l’administration Trump dans ce contexte. Kim Dong-chul, l’un des trois détenus, avait été condamné en avril 2016 à 10 ans de travaux forcés après avoir été accusé d’espionnage. Les deux autres, Tony Kim et Kim Hak-song, avaient été arrêtés respectivement en avril et mai de l’année dernière. Un quatrième Américain, Otto Warmbier, est décédé le 19 juin dernier, une semaine après avoir été libéré par la Corée du Nord dans un état comateux. L’étudiant, originaire de l’Ohio et âgé de 22 ans, avait été arrêté en janvier 2016 après avoir été accusé de vol.

Au moment de ce décès, Donald Trump avait condamné la «brutalité» du régime nord-coréen. Lorsqu’il a accueilli les trois ressortissants américains dans la nuit de mercredi à jeudi à Washington, le président des États-Unis a adopté un ton très différent à l’égard de Kim Jong-un. «Nous repartons d’un nouveau pied», a-t-il assuré après avoir affirmé que le dictateur nord-coréen avait été «excellent» vis-à-vis des détenus.

Donald Trump a aussi fait part de sa confiance sur sa possibilité d’obtenir un «succès» lors de sa rencontre avec Kim Jong-un à Singapour. «Ce sommet arrive plus vite que prévu, reconnaît Charles Armstrong. La Corée du Nord a fait plusieurs gestes à l’égard de Washington en acceptant avant la libération des trois prisonniers que les troupes américaines puissent rester en Corée du Sud et poursuivre leurs exercices militaires conjoints.»

Selon l’expert, plusieurs facteurs expliquent le rapprochement entre Pyongyang et Washington. «Les sanctions économiques frappant la Corée du Nord ont joué un rôle important, poursuit Charles Armstrong. Il ne faut pas oublier non plus l’intérêt de Kim Jong-un. En novembre dernier, la Corée du Nord a affirmé avoir procédé au test d’un missile nucléaire capable d’atteindre les États-Unis. Maintenant qu’il atteint son but militaire, Kim Jong-un peut se concentrer sur le développement économique de son pays.»

Démocrates pas convaincus

L’opposition démocrate à Donald Trump se retrouve dans une position délicate avec la libération des trois prisonniers américains par Pyongyang et l’annonce du sommet de Singapour. Quelque 77% des Américains approuvent la décision de Donald Trump de rencontrer Kim Jong-un, selon un sondage CNN. Chuck Schumer, le leader de la minorité démocrate au Sénat, a vivement critiqué jeudi les propos conciliants de Donald Trump vis-à-vis de Kim Jong-un: «Nous espérons tous que la diplomatie gagnera sur la péninsule coréenne, mais nous ne pouvons pas sacrifier la sécurité des citoyens américains à travers le monde en échange d’un vernis illusoire de la paix, a affirmé Chuck Schumer. Je crains que ce président, avec son désir ardent de conclure un accord et d’avoir les félicitations, va en conclure un rapide et mauvais, pas un bon.» (TDG)

Créé: 10.05.2018, 22h42

Articles en relation

Trump accueille les trois Américains libérés

Etats-Unis/Corée du Nord Donald Trump a accueilli jeudi, en pleine nuit, les trois Américains libérés par Pyongyang, une image forte et chargée en symboles. Plus...

«La Corée du Nord se métamorphose loin des clichés occidentaux»

Evolution Le pays est pauvre, ses campagnes encore misérables. Mais une classe moyenne émerge, la mue en cours est spectaculaire. Plus...

La Chine se cherche un rôle en Corée du Nord

Péninsule coréenne Pris de court par le rapprochement entre les deux Corées, Pékin dépêche un émissaire à Pyongyang. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Affaire Maudet: nouvelle révélation
Plus...