Trêve fragile en Afghanistan pour la fin du ramadan

AfghanistanTalibans et gouvernement ont décrété un cessez-le-feu pour l’Aïd-el-Fitr. Mais l’EI s’en moque.

 La semaine de trêve gouvernementale prononcée à l’attention des talibans commencera ce mardi.

La semaine de trêve gouvernementale prononcée à l’attention des talibans commencera ce mardi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La paix, enfin, du moins pour quelques jours: c’est la promesse du gouvernement et des talibans, qui ont chacun décrété un cessez-le-feu à l’occasion de l’Aïd-el-Fitr, qui marque la fin du mois sacré du ramadan. La semaine de trêve gouvernementale prononcée à l’attention des talibans commencera ce mardi. Les talibans, pour leur part, doivent stopper leurs opérations pendant trois jours, un peu plus tard. Une mesure inédite pour ce groupe qui lutte depuis l’intervention américaine de 2001 contre le gouvernement et les forces internationales.

L’annonce du président Ashraf Ghani, il y a quelques jours, a été une surprise pour la plupart des observateurs. «Ghani est soumis à de plus en plus de pressions pour arriver à des progrès tangibles», souffle une analyste européenne à Kaboul. Après son offre de processus de paix, à la fin du mois de février, à laquelle les talibans n’ont toujours pas officiellement répondu, il aurait ainsi voulu leur redonner une occasion de faire un pas en avant. «Une manière d’obtenir un résultat à court terme, alors que le peuple n’en peut plus du conflit et que Washington s’impatiente face à l’énorme coût financier et politique de cette guerre qui dure depuis dix-sept ans.»

Si les talibans se sont gardés d’accepter directement cette nouvelle main tendue, eux qui ont toujours refusé de négocier avec un gouvernement qu’ils jugent illégitime, le pari de Ghani a tout de même fait mouche: les trois jours de trêve proposés par les talibans s’inscrivent au sein de la semaine de trêve gouvernementale, ce qui signifie que, normalement, l’Aïd-el-Fitr devrait connaître trois jours sans escarmouche entre l’armée afghane et les talibans.

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Moujahid, a d’ailleurs expliqué la trêve ainsi: «Après que le gouvernement à Kaboul a annoncé son cessez-le-feu, les gens craignaient que nos moudjahidines continuent leurs opérations pendant les fêtes de l’Aïd. Nous avons voulu les rassurer (…).»

Contrôler ses troupes

Reste à voir si tous les groupes qui opèrent sous la bannière des talibans tiendront trois jours sans combattre: car certaines factions sont bien moins enclines à la paix, et à obéir aux ordres de commandants jugés trop modérés. De même, il faudra que le gouvernement contrôle les forces paramilitaires qui combattent pour lui sur le terrain. Ces trêves qui coïncident sont une opportunité pour les deux parties de juger la capacité de l’autre à tenir ses promesses et à contrôler ses effectifs. «Si un élément perturbateur, d’un côté comme de l’autre, brise le cessez-le-feu, cela détruira l’effort de restauration de la confiance», met en garde l’analyste.

Du reste, même si ces trêves posent la base d’éventuelles négociations, la guerre continue: les talibans ont précisé qu’ils continueraient à affronter les forces internationales, même si celles-ci assument aujourd’hui un rôle restreint.

Et le groupe État islamique au Khorassan, branche locale de Daech dont la création a été annoncée en 2015, ne semble aucunement intéressé par la paix. Lundi, comme un pied de nez au cessez-le-feu gouvernemental avec les talibans, ils ont revendiqué un attentat devant un ministère à Kaboul, qui a fait treize morts et quelque 30 blessés.

Créé: 11.06.2018, 21h48

Articles en relation

Nargis Mosavi se bat face caméra contre les talibans

Afghanistan Son émission à la télévision fait de cette journaliste afghane l’une des plus connues dans son pays. Un privilège qui fait d’elle une cible. Plus...

Trump relance la guerre en Afghanistan sans donner de détails

Etats-Unis «Nous combattrons pour gagner», a assuré le président des Etats-Unis pour justifier sa décision de renvoyer des troupes américaines en Afghanistan. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.