Passer au contenu principal

JaponTepco va démanteler la 2e centrale de Fukushima

Fukushima Daini, qui avait été elle aussi accidentée dans la catastrophe de mars 2011, verra ses 4 réacteurs démantelés.

Fukushima Daini avait subi elle aussi d'importants dommages après le tsunami de 2011.
Fukushima Daini avait subi elle aussi d'importants dommages après le tsunami de 2011.
Keystone

La compagnie d'électricité japonaise Tepco a confirmé mercredi avoir décidé de démanteler la deuxième centrale de Fukushima, Fukushima Daini, également accidentée, mais moins que la première qui a longtemps fait la une des médias après la catastrophe causée par le tsunami de mars 2011.

«Notre président a transmis au gouverneur de la préfecture de Fukushima l'intention de notre compagnie de démanteler Fukushima Daini», a expliqué à l'AFP une porte-parole de Tokyo Electric Power (Tepco). La décision a été prise en conseil d'administration parce que jugée plus raisonnable et rationnelle que de tenter de garder ce site, a précisé Tepco.

En optant pour le démantèlement des quatre réacteurs de Fukushima Daini, Tepco répond aux attentes des habitants de la préfecture et autorités locales, même s'il faudra des décennies pour venir à bout des travaux. «C'est un premier pas vers la suppression de tous les réacteurs de la région», a réagi le gouverneur, Masao Ochibori, selon les propos rapportés par la porte-parole de Tepco.

Coûts de 2,3 milliards d'euros

Le calendrier n'est pas encore prêt, mais Tepco évalue le coût de démolition et assainissement de Fukushima Daini à quelque 280 milliards de yens (2,3 milliards d'euros). Il faudra au moins 30 ans par réacteur, a prévenu Tepco, qui compte mener les tâches en parallèle.

Fukushima Daini, également située au bord de l'océan Pacifique à une douzaine de kilomètres de Fukushima Daiichi et environ 220 km de Tokyo, a également été inondée lors du tsunami du 11 mars 2011. Mais, contrairement à Daiichi, les systèmes d'alimentation électrique et de refroidissement n'ont pas été dévastés et aucun des quatre réacteurs n'a subi d'explosion ni de fusion de coeur.

Pour la habitants de la région, l'idée de relancer un jour Fukushima Daini apparaissait inadmissible compte tenu du traumatisme créé il y a près de 9 ans, où plus de 140'000 personnes ont dû être évacuées, certaines n'ayant aucune perspective de retour.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.