Pyongyang menace après les sanctions américaines

Corée du NordLe régime estime que les mesures financières prises contre Kim Jong-Un équivalaient à une «déclaration de guerre».

Kim Jong-Un figure pour la première fois sur la liste noire du Trésor américain.

Kim Jong-Un figure pour la première fois sur la liste noire du Trésor américain. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Corée du Nord a estimé vendredi que les sanctions financières prises par Washington contre Kim Jong-Un équivalaient à une «déclaration de guerre». Elle a promis promettant des mesures de représailles.

Ces sanctions constituent «l'acte le plus hostile» des Etats-Unis et «une déclaration de guerre ouverte», a estimé le ministère nord-coréen des Affaires étrangères dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle KCNA. L'agence qualifie même la décision américaine de «crime abject».

Le Trésor américain a imposé mercredi ses premières sanctions individuelles contre le leader nord-coréen pour de graves violations des droits de l'Homme allant d'exécutions extra-judiciaires à des actes de torture. Dix autres responsables du régime nord-coréen et cinq ministères ou administrations ont également été placés sur liste noire. Aux termes de ces sanctions, leurs éventuels avoirs aux Etats-Unis seront gelés.

Séoul jubile

Le régime de Pyongyang, dans sa première réaction à cette annonce de Washington, a appelé les Etats-Unis à revenir immédiatement sur ces sanctions. Il a prévenu qu'il romprait immédiatement tous les canaux diplomatiques si Washington ne le faisait pas.

«Les Etats-Unis ont osé défier notre plus haute autorité, commettant l'acte le plus hostile qui va au-delà d'une confrontation au sujet de la soi-disant question des droits de l'homme», affirme ce communiqué. Pyongyang prendra des «contre-mesures extrêmement fortes» en représailles, ajoute-t-il, sans autre précision sur la nature de ces éventuelles mesures.

La Corée du Sud avait salué mercredi la décision de Washington de placer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un sur sa liste noire, exprimant l'espoir que cela servirait à mettre un coup de projecteur sur les abus des droits de l'homme commis en Corée du Nord. (afp/nxp)

Créé: 07.07.2016, 21h23

Articles en relation

La propagande sonore à la frontière s'intensifie

Corées La Corée du Sud va doubler le nombre de haut-parleurs installés à la frontière avec Pyongyang. Plus...

L'autorité de Kim Jong-un gravé dans le marbre

Corée du Nord Le jeune leader a été nommé mercredi à la tête d'un nouvel organe de gouvernement coiffant tous les autres pouvoirs. Plus...

Manoeuvres entre Séoul, Tokyo et Washington

Péninsule coréenne Les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud ont participé mardi au large d'Hawaï à des exercices militaires trilatéraux sans précédent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.