Le nouveau président veut sortir du nucléaire

Corée du SudMoon Jae-In avait fait campagne en promettant une sortie graduelle du nucléaire, et le développement du solaire et de l'éolien.

Moon Jae-In veut faire entrer la Corée du Sud dans l'ère post-nucléaire.

Moon Jae-In veut faire entrer la Corée du Sud dans l'ère post-nucléaire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le nouveau président sud-coréen Moon Jae-In a promis lundi de renoncer aux projets de nouveaux réacteurs nucléaires. Cette annonce intervient dans le cadre d'une politique visant à sortir de l'atome.

Le président issu du centre-gauche avait fait campagne en promettant une sortie graduelle du nucléaire, et le développement du solaire et de l'éolien.

La catastrophe de Fukushima au Japon, provoquée en mars 2011 par un séisme et un raz-de-marée, avait profondément marqué l'opinion sud-coréenne quant aux risques associés au nucléaire.

Réacteurs pas prolongés

«Nous allons entrer dans l'ère post-nucléaire», a déclaré M. Moon dans un discours lors d'une cérémonie marquant le premier démantèlement d'un réacteur nucléaire. «Je vais abandonner tous les projets de nouveaux réacteurs actuellement en cours et je ne prolongerai pas la vie des réacteurs actuels», a-t-il ajouté.

De nombreux réacteurs sont situés près de zones résidentielles densément peuplées, a relevé le président, mettant en garde contre les «conséquences inimaginables» de l'éventuelle fusion du coeur d'un réacteur sud-coréen.

«La Corée du Sud n'est pas exempte du risque de tremblement de terre, et un accident nucléaire provoqué par un séisme peut avoir un impact dévastateur», a-t-il dit.

30% de l'énergie du pays

La Corée du Sud compte 25 réacteurs nucléaires qui produisent 30% de l'offre énergétique du pays. Beaucoup d'entre eux sont censés s'arrêter entre 2020 et 2030 et la décision de prolonger leur existence est censée être prise sous le mandat de M. Moon.

Il s'était engagé pendant sa campagne à tenter de fermer toutes les centrales nucléaires, mais cela prendrait des décennies.

La méfiance de l'opinion envers le nucléaire a été renforcée ces dernières années par une série de scandales de corruption impliquant les agences publiques du nucléaire. Des séismes ont également alimenté les inquiétudes sur la fiabilité des centrales existantes.

Ere «post-charbon»

M. Moon a également promis de faire entrer son pays dans l'ère «post-charbon» afin, notamment, d'améliorer la qualité de l'air. Mais dans un pays dont 40% de l'énergie est produite par le charbon, supprimer les centrales thermiques risquerait de provoquer une hausse monumentale des tarifs de l'énergie, avertissent les experts. (ats/nxp)

Créé: 19.06.2017, 11h03

Articles en relation

Berne ne veut pas un 2e Fukushima en Suisse

Accidents nucléaires Le Conseil fédéral a mis vendredi en consultation jusqu'au 25 septembre une révision d'ordonnance qui vise à mieux protéger les Suisses en cas de catastrophe nucléaire. Plus...

Three Mile Island devrait fermer en 2019

Energie nucléaire La centrale, qui avait été le site du plus grave accident nucléaire civil qu'ait connu les Etats-Unis, n'a pas une rentabilité suffisante. Plus...

Nouvelle initiative pour sortir du nucléaire lancée

Suisse Le comité a jusqu'au 16 novembre 2018 pour récolter les 100'000 signatures nécessaires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.