Maintien des poursuites contre les journalistes

BirmanieLa justice birmane maintient les poursuites contre deux journalistes de Reuters qui ont enquêté sur un massacre de Rohingyas.

Wa Lone (ici) et Kyaw Soe Oo sont accusés de détenir des documents sur les opérations des forces de sécurité dans l'ouest du pays, en Etat Rakhine. (Image, mercredi 11 avril 2018)

Wa Lone (ici) et Kyaw Soe Oo sont accusés de détenir des documents sur les opérations des forces de sécurité dans l'ouest du pays, en Etat Rakhine. (Image, mercredi 11 avril 2018)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En dépit des pressions internationales, la justice birmane a maintenu mercredi les poursuites contre deux journalistes de Reuters emprisonnés et accusés d'«atteinte au secret d'Etat» pour avoir enquêté sur un massacre de Rohingyas.

«Le tribunal a décidé de rejeter la demande de la défense de relâcher les accusés», a annoncé le juge Ye Lwin, devant un salle d'audience pleine de diplomates et journalistes, dont l'AFP.

«Après avoir entendu les témoins (à charge), le tribunal ne trouve pas leurs témoignages dépourvus de fondement», a ajouté le juge, balayant l'argumentation de la défense. Wa Lone, qui a eu 32 ans mercredi, et Kyaw Soe Oo, 27 ans, sont accusés par la police de détention de documents relatifs aux opérations des forces de sécurité dans l'ouest du pays, en Etat Rakhine.

14 ans de prison

Mis en examen pour atteinte au «secret d'Etat» lors de leur enquête dans l'ouest, où l'armée est accusée d'épuration ethnique contre les Rohingyas, ils sont maintenus en détention et risquent 14 ans de prison.

L'avocate Amal Clooney, épouse de l'acteur américain George Clooney, a rejoint la défense des deux journalistes birmans. Mais elle n'était pas à l'audience mercredi. Les audiences doivent reprendre le 20 avril, avec la suite des auditions. (afp/nxp)

Créé: 11.04.2018, 06h48

Galerie photo

La crise des Rohingyas en Birmanie en images

La crise des Rohingyas en Birmanie en images Près de 380'000 Rohingyas, minorité musulmane en Birmanie, ont fui au Bangladesh depuis une nouvelle flambée de violence en août 2017, selon l'ONU. Les tensions entre cette communauté et les bouddhistes empoisonnent la région depuis des décennies.

Articles en relation

Journalistes détenus: le juge décidera plus tard

Birmanie Les deux journalistes de Reuters, poursuivis pour atteinte au «secret d'Etat» après avoir enquêté sur les rohingyas, seront fixés sur leur sort dans une semaine. Plus...

Amal Clooney va défendre la liberté d'expression

Birmanie L'avocate et épouse de George Clooney défendra deux journalistes birmans emprisonnés pour avoir enquêté sur le massacre de Rohingyas. Plus...

Rohingyas: le cri d'alarme de l'ONU à Genève

Birmanie Au moins 319 villages ont été partiellement ou totalement détruits depuis août dans l'Etat birman de Rakhine, selon la Mission d'établissement des faits de l'ONU. Plus...

«Nettoyage ethnique»: la Birmanie veut des preuves

ONU à Genève La Birmanie cible l'ONU après ses accusations de poursuite de «nettoyage ethnique» à l'égard de Rohingyas. Un de ses ministres a demandé jeudi à Genève «des preuves». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.