Les moustiques pour démasquer les criminels?

SciencesUne étude japonaise s'est penchée sur la possibilité d'analyser l'ADN du sang contenu dans l'estomac des moustiques.

Des scientifiques japonais ont montré qu'il était possible d'identifier l'ADN du sang ingéré par un moustique jusqu'à deux jours après la piqûre. (Photo d'archives)

Des scientifiques japonais ont montré qu'il était possible d'identifier l'ADN du sang ingéré par un moustique jusqu'à deux jours après la piqûre. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si un moustique pique un criminel sur les lieux de son méfait, il sera peut-être possible un jour de l'identifier grâce à l'ADN de son sang récupéré dans l'estomac de l'insecte. Une étude sur le sujet a été publiée lundi dans la revue PLOS ONE.

Des scientifiques de l'université Nagoya au Japon ont montré qu'il était possible de déterminer à qui appartient l'ADN du sang ingéré par un moustique jusqu'à 48 heures après la piqûre.

«Cette technique peut aider le travail de la police pour identifier qui se trouvait sur les lieux d'un crime», relève le chercheur Toshimichi Yamamoto. «A l'avenir, cette technique pourrait fournir suffisamment de preuves pour condamner un délinquant».

Personne ne savait jusqu'à présent pendant combien de temps le sang sucé par un moustique permettait d'identifier l'ADN qu'il contient avant qu'il ne se dégrade.

Rayon de quelques centaines de mètres

Pour répondre à cette question, le professeur Yamamoto et son équipe d'experts en médecine légale ont récupéré le sang dans des moustiques ayant piqué des volontaires.

En amplifiant un petit fragment d'ADN des milliers de fois, les scientifiques ont pu identifier correctement chacun des volontaires et, ce, jusqu'à deux jours après qu'ils aient été piqués. En poursuivant ces recherches, il devrait être possible de déterminer précisément quand le moustique a piqué sa victime.

La plupart des moustiques ne volent pas au-delà d'un rayon de quelques centaines de mètres. Leur longévité varient selon les espèces de quelques jours à deux mois.

L'expérience japonaise a été effectuée avec deux espèces de moustiques évoluant surtout dans les régions tropicales et subtropicales: le moustique commun (Culex pipiens) et le moustique-tigre (Aedes albopictus). (ats/nxp)

Créé: 11.07.2017, 05h32

Articles en relation

La Suisse loin d'autoriser les dons d'ovules

Procréation La commission de la science du Conseil National refuse toujours d'en entendre parler avant le vote sur le diagnostic préimplantatoire. Plus...

Cannabis: les recherches pas limitées à la science

Suisse Une initiative UDC réclamait que les recherches sur les drogues soient réduites au domaine de la médecine. Le National a refusé. Plus...

«Un jour, un astéroïde va heurter la terre»

Science L'ancien astronaute suisse Claude Nicollier, de passage à Genève, milite pour une prise de conscience vis-à-vis des astéroïdes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.