Le PDG de Cathay Pacific jette l'éponge

Hong KongAlors que la compagnie aérienne de Hong Kong a été rappelée à l'ordre par Pékin, Rupert Hogg a annoncé sa démission.

Rupert Hogg a démissionné, «assumant la responsabilité, en tant que dirigeant de la compagnie, des récents événements».
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cathay Pacific a annoncé vendredi la démission de son directeur général Rupert Hogg après que la compagnie aérienne de Hong Kong a été rappelée à l'ordre par Pékin. La Chine a notamment reproché à certains personnels de la compagnie d'avoir affiché leur soutien aux manifestations pro-démocratiques. Rupert Hogg a démissionné, «assumant la responsabilité, en tant que dirigeant de la compagnie, des récents événements», selon un communiqué.

M. Hogg a été remplacé par Augustus Tang, une figure du groupe Swire, conglomérat basé à Hong Kong et principal actionnaire de Cathay. Un autre dirigeant de Cathay, Paul Loo, directeur de la clientèle et des affaires commerciales, a également annoncé son départ en invoquant les mêmes raisons que Rupert Hogg, selon le communiqué

Colère

La semaine dernière, Cathay Pacific a provoqué l'ire des nationalistes chinois après que certains de ses 27'000 employés ont pris part aux manifestations pro-démocratie ou exprimé leur soutien au mouvement.

Les dirigeants de Cathay se sont empressés de rassurer Pékin en prenant leurs distances par rapport à la mobilisation pro-démocratie, promettant de licencier tout employé soutenant ou participant aux «manifestations illégales». Depuis, la compagnie a en effet licencié deux employés et suspendu un pilote lié aux manifestations.

La police dit pouvoir gérer les manifestations

Sur le terrain, la police de Hong Kong affirme disposer des ressources suffisantes pour continuer à se dresser devant les manifestants pro-démocratie, même si la violence devait s'intensifier, atténuant les craintes d'un recours à une intervention militaire depuis la Chine continentale.

Trois commandants de la police hongkongaise, ayant accepté de recevoir une poignée de journalistes étrangers, ont déclaré jeudi qu'ils n'étaient pas au fait d'un quelconque projet de Pékin d'envoyer des troupes pour leur prêter mains fortes, y compris si la crise politique s'aggravait.

Ces officiers ont accepté de s'exprimer sous couvert de l'anonymat, afin de pouvoir discuter plus librement de la crise la plus aiguë depuis la rétrocession de Hong Kong en 1997. Des révoltes syndicales contre le colonisateur britannique avaient fait 51 morts dans les années 60.

Ils disent aussi n'avoir eu aucune discussion sur ce qui se passerait si Pékin envoyait des troupes et qu'il n'y avait donc pas de protocole établi pour faire face à telle éventualité. (afp/nxp)

Créé: 16.08.2019, 11h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.