Passer au contenu principal

AustralieDes milliers de touristes pris au piège sur les plages

Piégés par les flammes, quelque 4000 vacanciers et habitants n'ont eu d'autres choix que de chercher refuge sur la rive de la cité balnéaire de Mallacoota.

Lundi, dans l'Etat d'Australie Occidentale, les températures ont atteint 47°C. Elles ont dépassé 40°C à travers tout le territoire. (Mardi 31 décembre 2019)

Encerclés par les flammes, des milliers de touristes et de résidents de la ville côtière australienne de Mallacoota cherchent à s'abriter des feux de brousse. Deux personnes sont décédées et cinq autres sont portées disparues en divers points de la côte est.

«Il y a des incendies partout - des braises volent dans toutes les rues», rapporte le copropriétaire d'un supermarché local Robert Phillips à l'agence de presse Reuters. «Il y a beaucoup d'enfants ici qui ne peuvent pas respirer correctement.» La ville est coupée du monde extérieur.

Lui héberge environ 45 personnes dans son magasin. D'autres ont fui vers le port de la ville. Sur les médias sociaux circulent des photos prises par ceux qui sont toujours coincés sur place: on y voit un ciel rouge sang et une épaisse fumée entourant des touristes couchés côte à côte sur la plage, certains portant des masques de protection.

Situation catastrophique

Mallacoota est un village côtier du Gippsland dans l'État de Victoria en Australie à 523 kilomètres à l'est de Melbourne et à 526 au sud de Sydney. Il se situe juste avant la frontière avant la Nouvelle-Galles du Sud.

Le chef de l'agence d'intervention d'urgence du Victoria Andrew Crisp, a déclaré qu'environ 4000 personnes cherchaient à s'abriter des flammes sur la plage de ce village.

L'animatrice de radio locale Francesca Winterson, qui s'est réfugiée dans un immeuble de la rue principale de Mallacoota, a déclaré à la chaîne ABC que les sirènes sont accompagnées d'annonces par haut-parleurs dans toute la ville avertissant les gens de se réfugier immédiatement. «C'est absolument terrible en ce moment», raconte-t-elle.

«Les vents sont violents, le ciel rouge et plein de poussière, une âcre fumée nous entoure et des braises tombent sur la ville. Et nous sommes complètement isolés.»

Les autorités de Canberra ont placé vendredi pour la première fois depuis 2003 la capitale fédérale australienne en état d'alerte en raison de la menace de feux de forêt dans la région. (31 janvier 2020)
Les autorités de Canberra ont placé vendredi pour la première fois depuis 2003 la capitale fédérale australienne en état d'alerte en raison de la menace de feux de forêt dans la région. (31 janvier 2020)
Keystone
Les autorités australiennes ont perdu jeudi le contact avec un avion bombardier d'eau qui pourrait d'être écrasé dans une zone montagneuse au sud-ouest de Sydney. (Jeudi 23 janvier 2020)
Les autorités australiennes ont perdu jeudi le contact avec un avion bombardier d'eau qui pourrait d'être écrasé dans une zone montagneuse au sud-ouest de Sydney. (Jeudi 23 janvier 2020)
AFP
Un avion-citerne largue du produit ignifuge sur un feu de brousse à Harrington, en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, le 8 novembre 2019.
Un avion-citerne largue du produit ignifuge sur un feu de brousse à Harrington, en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, le 8 novembre 2019.
AFP
1 / 50

Cinq disparus

Au moins deux personnes sont décédées mardi. Cinq autres sont portées disparues dans les Etats australiens du Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud où continuent de sévir de très dangereux feux de forêt. Des dizaines de milliers de personnes ont été intimées d'évacuer en divers endroits, et plusieurs milliers d'habitants ont été contraints de trouver refuge sur la plage.

Dans la ville de Cobargo, deux personnes ont perdu la vie, a confirmé la Première ministre de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian mardi après-midi. Il s'agirait d'un père et son fils, selon les médias australiens. Une personne était toujours portée disparue dans cet Etat. Quatre autres manquaient à l'appel au Victoria, dans la région East Gippsland, très affectée par ces incendies qui ravagent de très larges portions du territoire.

La veille, un pompier volontaire de 28 ans a perdu la vie dans un accident impliquant un camion-citerne, le véhicule de 12 tonnes ayant été soulevé et retourné par une tornade de feu près de la ville d'Albury à 550 km au sud-ouest de Sydney (Nouvelle-Galles du Sud) lundi soir. Deux autres pompiers ont été aussi été blessés dans l'incident.

Evacuations

Le commissaire aux incendies de la Nouvelle-Galles du Sud, Shane Fitzsimmons, a décrit lundi soir les conditions auxquelles étaient confrontés les hommes du feu comme «véritablement horribles». Mardi, il a annoncé qu'il fallait s'attendre à un «nombre considérable de pertes d'habitations». Des avertissements sont émis sur environ 150 kilomètres de côtes dans cet Etat, alors que les températures ne cessent de grimper et les vents de se renforcer.

Dans l'Etat voisin du Victoria, 30'000 personnes ont été intimées d'évacuer lundi dans la région touristique d'East Gippsland où une surface équivalent aux trois quarts de la Suisse est menacée par les feux. Il leur est conseillé de se diriger vers les plages pour se mettre à l'abri.

Les feux maintenus à Sydney

En raison du risque très élevé d'incendies, conséquences de températures dépassant souvent les 40 degrés et d'une sécheresse prolongée, de nombreuses villes ont décidé d'annuler les traditionnels feux d'artifice de Nouvel An. C'est le cas de la capitale Canberra mais aussi de municipalités côtières au nord de Sydney de Dee Why et Bay View.

Mais les réjouissances pyrotechniques sont à ce jour maintenues au coeur de Sydney, dont l'opéra et le pont s'illuminent traditionnellement sur les douze coups de minuit en dépit de la pression populaire ces derniers jours pour annuler le spectacle vu les circonstances.

Les «bush fires» typiques de l'été austral ont déjà brûlé plus de 3,4 millions d'hectares depuis le mois d'octobre et ôté la vie à une douzaine de personnes. Un millier d'habitations ont aussi été calcinées, sans que les conditions ne semblent s'améliorer dans l'immédiat.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.