La gay pride sera interdite aux étrangers

Singapour La gay pride fait l'objet de réactions violentes de groupes conservateurs dans ce pays de 5,6 millions d'habitants.

Les organisateurs de la gay pride de Singapour procéderont cette année à des vérifications d'identité en marge de la manifestation.

Les organisateurs de la gay pride de Singapour procéderont cette année à des vérifications d'identité en marge de la manifestation. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les étrangers n'auront pas le droit de participer cette année à la gay pride de Singapour, ont annoncé les organisateurs de l'événement, au moment où le gouvernement local semble durcir le contrôle des rassemblements publics.

Pink Dot (Point rose), la gay pride organisée chaque année à Singapour depuis 2009, a par le passé rassemblé jusqu'à 28'000 personnes, en dépit de réactions violentes de groupes conservateurs dans ce pays de 5,6 millions d'habitants.

Le gouvernement a cependant pris en novembre de nouvelles dispositions pour n'autoriser que les Singapouriens et les résidents permanents à participer à ce rassemblement, qui a lieu comme la plupart des manifestations à Speaker's Corner.

De nouvelles règles

Les organisateurs de la gay pride ont annoncé dans un communiqué diffusé dimanche sur leur page Facebook qu'ils devraient cette année procéder à des vérifications d'identité en marge de la manifestation.

Faisant part de leurs «profonds regrets», ils écrivent que la police leur a rappelé que la gay pride serait elle aussi soumise aux nouvelles règles.

«Pour pouvoir continuer à utiliser Speaker's Corner, les organisateurs de Pink Dot 2017 n'ont d'autre choix que de souscrire à la règle, car les organisateurs ou les étrangers qui resquilleraient seront passibles de poursuites», ont-ils dit.

Contrevenir à cette règle est passible d'une amende de 10'000 dollars de Singapour (6500 euros) et de six mois d'emprisonnement.

Singapour a également interdit aux sociétés étrangères de financer la gay pride annuelle parrainée jusqu'alors par des groupes internationaux comme Google et Facebook.

Seules des personnes physiques ou morales singapouriennes sont autorisées à parrainer des événements au Speaker's Corner.

De nombreuses discriminations

En juin 2016, Singapour avait enjoint Google, Facebook et la banque Goldman Sachs de ne pas s'immiscer dans ses affaires intérieures, après la gay pride parrainée par ces sociétés.

A Singapour, il n'existe aucune loi contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle, les unions civiles entre homosexuels ne sont pas reconnues et le mariage homosexuel est interdit.

Pink Dot, qui proteste contre les discriminations subies dans ce pays conservateur par les homosexuels, fait pression en vue de l'abrogation de l'article 377a du code pénal singapourien qui considère les rapports sexuels entre hommes comme un crime. (afp/nxp)

Créé: 15.05.2017, 10h47

Articles en relation

Google et Facebook ne pourront pas financer la Gay Pride

Singapour Dès novembre, seules des sociétés de l'archipel seront autorisées à sponsoriser des événements au Speaker's Corner, lieu où se déroule en particulier plusieurs événements gays. Plus...

La police met brutalement fin à la mini Gay Pride

Ouganda Une poignée de personnes s'étaient réunies à l'écart de la capitale de ce pays homophobe. Mais la fête a vite tourné court. Plus...

La Gay Pride à Marseille ne défilera pas

Sécurité Pour des raisons de sécurité et après la tragédie de Nice, la Marche des fiertés ne défilera pas. Plus...

La Gay Pride «reportée» après des menaces

Ouganda Un ministre aurait menacé d'arrêter tous les participants et suggéré qu'ils pourraient être violentés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...