Un document à la gloire de Xi régit le comportement des Chinois

ChineAlors que les plus hauts dignitaires du Parti sont réunis à huis clos, le gouvernement publie un nouveau «Guide de bonne morale».

Les règles de bonne conduite publiées dimanche accompagnent «la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère».

Les règles de bonne conduite publiées dimanche accompagnent «la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère». Image: AP/SCHIEFELBEIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De la protection de l’environnement à la bonne attitude à adopter lors d’une rencontre sportive, en passant par le tri sélectif, les citoyens chinois savent désormais comment se tenir à carreau grâce à un «Guide de bonne conduite morale». Ces mesures de bienséance, communes en Chine, ne sont pas pénalisantes et ne sont qu’une mise à jour d’une édition précédente parue en 2001. La nouvelle version met l’accent, entre autres, sur la promotion du patriotisme en poussant les Chinois à chanter l’hymne national et à «défendre l’honneur de la Chine» à l’étranger. Le document indique qu’il vise à «améliorer l’attitude du peuple à l’égard du parti et du pays et à organiser un sentiment collectif d’identité et d’appartenance».

Mais, nouveauté, les lignes faisant référence aux anciens présidents chinois dans la version de 2001 ne sont plus présentes. La pensée de Mao Zedong, le fondateur de la République populaire de Chine dont Pékin vient de fêter en grande pompe les 70 ans, ainsi que celle de Deng Xiaoping, père de l’ouverture économique de la Chine à la fin des années 70, ont fait place nette à «la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère».

Le document, rédigé par le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et le Conseil d’État, est «guidé» par la «pensée de Xi», qui est inscrite dans la Constitution chinoise depuis 2017, privilège rare pour un dirigeant chinois de son vivant. Le texte a été rendu public dimanche, veille de l’ouverture du quatrième plénum du PCC. Ce sommet à huis clos réunit 370 hauts dignitaires du pouvoir chinois, dont les membres permanents du Politburo, ainsi que Xi Jinping et son premier ministre, Li Keqiang. Tout sauf un hasard, à l’heure où sa présidence fait face à ses plus grands défis entre la situation explosive à Hong Kong et un contexte économique morose.

Un système de notation

Si le guide de bonnes mesures n’est pas punitif, il rappelle que la Chine a lancé en 2014 son crédit social, système de notation qui contrôle le comportement de ses citoyens. Pour l’instant, aucune structure unifiée n’a été développée à l’échelle du pays, mais l’objectif est de récompenser les citoyens modèles et de pénaliser les mauvais comportements.

Par exemple à Hangzhou, une des douze villes désignées pour expérimenter le crédit social, un bon score vous dispense de queue dans les centres hospitaliers. À l’inverse, ne pas rembourser des prêts, fumer dans des lieux publics ou encore promener son chien sans laisse peut vous empêcher de réserver des billets de train ou d’avion.

À Rongcheng, autre site pilote, chaque habitant de cette ville du nord-est de la Chine est doté d’une base de crédit de 1000 points. Ce système régit la vie des 740 000 adultes de la ville, qui peuvent espérer une rémunération de 50 dollars ou au contraire être sanctionnés par des prêts à des taux d’intérêt plus élevés, en cas par exemple de conduite en état d’ivresse. Mais des dérives ont été observées, comme pour Liu Hu, ce journaliste chinois qui avait dévoilé des actes de corruption de la part de politiciens de la province du Sichuan, ce qui lui a valu d’être placé sur une liste noire, en compagnie de plusieurs autres millions de Chinois.

Des contrôles simplifiés pour les «bons voyageurs»

C’est dans cette logique que le métro de Pékin a annoncé mercredi la mise en place de la reconnaissance faciale pour distinguer les «bons voyageurs». Ces derniers, identifiés par le système de surveillance du métro pékinois, seront placés sur une «liste blanche», ce qui leur permettra de passer moins de temps aux portiques de sécurité, présents dans les 394 bouches de métro de la capitale chinoise. L’idée est de fluidifier le trafic et de désengorger les files d’attente, qui, parfois, s’accumulent sur des dizaines de mètres en dehors des stations lors des heures de pointe. Ceux dont le score est jugé mauvais devront passer par des inspections plus poussées.

Un système semblable est déjà en place dans quelques stations du métro de Canton dans la province du Guangdong. Les utilisateurs doivent s’identifier par un QR code et fournir l’ensemble de leurs informations personnelles afin de pénétrer sous terre, provoquant encore plus d’inquiétudes sur une surveillance en masse de la population chinoise.

En mai dernier, le réseau pékinois, fréquenté par quelque 12,3 millions de voyageurs chaque jour, avait déjà mis en place l’interdiction de manger et boire sur les 370 kilomètres du réseau, sous peine d’une amende et d’une perte de points sur le crédit social propre au métro de Pékin.

Créé: 31.10.2019, 21h39

Articles en relation

La Chine de Xi Jinping veut rassurer les Occidentaux

Croissance Editorial La deuxième économie du monde ralentit. Pékin admet avoir besoin des investisseurs étrangers. Plus...

Armé de ses dessins, Badiucao chahute l’intouchable Xi Jinping

Chine De passage à Genève, l’artiste chinois a exhorté «le monde libre» à soutenir les Hongkongais qui s’opposent à Pékin. Plus...

La Chine s’offre un anniversaire d’acier, de force et de démesure

Événement Tandis que Hongkong manifeste, Pékin marche au pas pour le défilé hors norme des 70 ans du pays. Plus...

La contestation résiste à l’opération «rues propres»

Hong Kong Les pro-Pékin ont tenté en vain de «nettoyer Hong Kong» ce week-end pour en finir avec le mouvement de protestation. Plus...

À Hong Kong, les réseaux sociaux déclarent la guerre à Pékin

Manifestations prodémocratie Après Facebook et Twitter, YouTube agit à son tour contre la propagande des autorités chinoises qui tentent de discréditer les manifestants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...