Passer au contenu principal

JaponDémanteler Fukushima, une facture à 187 milliards

Six ans après la catastrophe nucléaire, 6000 personnes travaillent à démolir la centrale. Un chantier pharaonique et très dangereux.

Tepco ne sait toujours pas réellement dans quel état se trouvent les réacteurs qui ont fondu.
Tepco ne sait toujours pas réellement dans quel état se trouvent les réacteurs qui ont fondu.
Keystone

Il y a 6 ans, le 11 mars 2011, le Japon vivait la catastrophe de Fukushima. Au total, plus de 160'000 habitants ont quitté le secteur de la centrale nucléaire endommagée par un tsunami après un tremblement de terre, soit sur ordre des autorités, soit par peur des radiations. Mais il reste encore beaucoup de monde pour s'occuper du site contaminé. En effet, plus de 6000 personnes travaillent à démanteler la centrale, rapporte vendredi le Tages-Anzeiger qui s'est rendu sur les lieux.

Et les travaux gigantesques vont occuper ces travailleurs jusqu'en 2050 au moins. Pour des coûts pharaoniques puisqu'ils sont désormais estimés à 187 milliards de francs (175 milliards d'euros), selon le Tagi. Un montant qui est encore appelé à grimper.

Car Tepco, l'opérateur de la centrale, ne sait toujours pas réellement dans quel état se trouvent les réacteurs qui ont fondu. L'intérieur de la centrale est en effet jonché de gravats contaminés et bloque le chemin aux robots. Des robots qui n'arrivent de plus pas à supporter le rayonnement extrêmement élevé au-delà d'une période courte. En effet, le degré de radioactivité est énorme, au point qu'un humain mourrait en quelques minutes, selon un responsable.

Causes du drame toujours pas claires

Six ans après, le mystère demeure sur ce qu'il s'est réellement passé au moment du drame. Selon un ingénieur nucléaire cité par le Tages-Anzeiger, le tsunami et le tremblement de terre ne seraient pas les seuls en cause. Ils ont été sans doute les éléments déclencheurs de l'accident, mais celui-ci se serait produit même sans cela, affirme l'expert qui fait partie d'une commission parlementaire chargée du cas. Selon lui, l'origine de la panne n'a pas encore été clairement établie et les lacunes de sécurité étaient nombreuses dans la centrale.

Un autre ingénieur nucléaire cité par le Tagiabonde dans son sens. Le gouvernement affirme que le Japon applique les mesures les plus strictes du monde en matière de nucléaire. «Mais le concept de sécurité de l'industrie atomique nippone souffre toujours de déficiences», estime-t-il. Dans ces conditions, on ne devrait plus faire tourner une centrale nucléaire, selon lui.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.