Passer au contenu principal

Les «chocolats du devoir», le fardeau des Japonaises

En terre nippone, les femmes doivent gâter leurs collègues masculins le 14 février. Et obligatoirement avec des «giri choco».

Au Japon, le chocolat est cher. Comptez en moyenne 30 francs pour six carrés d’un maître chocolatier. Une jolie somme pour celles qui veulent respecter la tradition.
Au Japon, le chocolat est cher. Comptez en moyenne 30 francs pour six carrés d’un maître chocolatier. Une jolie somme pour celles qui veulent respecter la tradition.
Yoshikazu Tsuno, AFP

Les «giri choco» sont le casse-tête annuel des Japonaises. Ces «chocolats du devoir» sont offerts par obligation sociale aux collègues de travail masculins et aux patrons. Imaginez que vous travailliez dans une grande entreprise où les employés sont, comme souvent au Japon, majoritairement des hommes. Puis comptez combien de boîtes de chocolats il vous faudra acheter pour ne vexer personne… L’addition peut très vite grimper!

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.