Le chef de la junte promet des élections

ThaïlandeLe général Prayut Chan-O-Cha a estimé que les élections, sans cesse repoussées depuis le coup d'Etat de mai 2014, auront lieu en novembre 2018.

Le général Prayut Chan-O-Cha a également le titre de Premier ministre.

Le général Prayut Chan-O-Cha a également le titre de Premier ministre. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le chef de la junte militaire en Thaïlande a promis mardi d'organiser en novembre 2018 des élections. Elles ont été sans cesse repoussées depuis le coup d'Etat de mai 2014.

«En novembre 2018, il y aura une élection. C'est clair?», a déclaré le général Prayut Chan-O-Cha devant la presse au siège du gouvernement.

Depuis la visite du général à la Maison-Blanche le 3 octobre, les médias thaïlandais pointent du doigt les atermoiements du régime militaire: à Donald Trump, le général Prayut a promis des élections pour 2018, mais depuis son retour la junte restait muette sur le sujet.

«Le président Trump a salué l'engagement de la Thaïlande sur une feuille de route, qui mènera à des élections libres et justes en 2018», assure le communiqué commun publié le jour de la rencontre par la Maison Blanche - qui a fait grand bruit en Thaïlande.

Modifier le système

En août 2016, le même chef de la junte avait promis d'organiser des élections en 2017 en cas d'adoption de la Constitution. Cela avait poussé de nombreux électeurs à voter «oui» en août 2016. Mais aucune date n'avait ensuite été confirmée.

Quel que soit le résultat, grâce à cette nouvelle Constitution controversée adoptée en 2016, la junte continuera de contrôler le Parlement, grâce à un Sénat entièrement nommé.

Le but des militaires est de modifier en profondeur le système politique, afin d'empêcher durablement le retour aux manettes de l'opposition, incarnée par l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra et sa soeur Yingluck, tous deux en exil pour échapper à des poursuites qu'ils jugent politiques.

Jusqu'ici, les militaires avaient principalement eu recours aux coups d'Etat, en 2006 pour Thaksin, en 2014 pour Yingluck. Mais les Shinawatra étaient toujours revenus au pouvoir sitôt des élections organisées. D'où, selon les analystes, le peu d'entrain des militaires à organiser des élections cette fois-ci. (afp/nxp)

Créé: 10.10.2017, 09h51

Articles en relation

Crémation du roi: 250'000 personnes attendues

Thaïlande Les obsèques du défunt roi, figure tutélaire du royaume, doivent se dérouler entre le 25 et le 29 octobre. Plus...

L'ex-première ministre prend 5 ans

Thaïlande Yingluck Shinawatra, qui est en fuite à l'étranger, a été condamnée par contumace à de la prison ferme pour mauvaise gestion de l'argent public. Plus...

Trump va recevoir le chef de la junte militaire

Etats-Unis/Thaïlande L'ex-général thaïlandais Prayut Chan-O-Cha va être reçu à la Maison Blanche. Les deux dirigeants parleront commerce et politique internationale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.