Suu Kyi: «Un iceberg de désinformation»

BirmanieLa responsable du gouvernement birman a évoqué pour la première fois mercredi la crise des Rohingyas, dénonçant de «fausses informations».

La réaction d'Aung San Suu Kyi était très attendue.

La réaction d'Aung San Suu Kyi était très attendue. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La cheffe du gouvernement birman Aung San Suu Kyi a dénoncé mercredi l'«iceberg de désinformation» donnant selon elle une vision trompeuse de la crise des musulmans rohingyas. Le Prix Nobel de la paix est très critiqué à l'étranger pour son silence sur le sort de cette minorité musulmane, qui fuit par dizaines de milliers au Bangladesh.

Il s'agit de son premier commentaire officiel depuis le début des troubles fin août. La compassion internationale à l'égard des musulmans rohingyas est le résultat d'un «énorme iceberg de désinformation créé pour générer des problèmes entre les différentes communautés et promouvoir les intérêts des terroristes», a déclaré Mme Suu Kyi lors d'un échange téléphonique avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Ce dernier a à plusieurs reprises condamné la réponse du gouvernement birman à cette crise, parlant de «génocide» dans cette région du nord-ouest de la Birmanie, l'Etat Rakhine. Il a par ailleurs annoncé l'envoi de 10'000 tonnes d'aide humanitaire pour les Rohingyas.

Protéger «tous les habitants»

Une accusation rejetée par Aung San Suu Kyi, qui a toujours défendu l'action de l'armée. Elle a affirmé que son pays faisait «en sorte que tous les habitants voient leurs droits protégés». Les autorités birmanes ont par ailleurs pris contact avec la Russie et la Chine pour échapper à une éventuelle condamnation du Conseil de sécurité de l'ONU.

Outre la Turquie, d'autres dirigeants de pays à majorité musulmane, dont le Bangladesh, l'Indonésie et le Pakistan, ont exhorté Mme Suu Kyi à mettre fin aux violences contre les Rohingyas. A Djakarta, quelque 4000 musulmans ont manifesté mercredi avec la même revendication.

Les violences ont commencé par l'attaque le 25 août de dizaines de postes de police par les rebelles de l'«Arakan Rohingya Salvation Army» (ARSA), qui dit vouloir défendre la minorité rohingya. Depuis, l'armée birmane a déclenché une vaste opération dans cette région pauvre et reculée, poussant des dizaines de milliers de personnes sur les routes.

Bilan selon l'armée birmane: 400 morts, quasiment tous des musulmans.

Cinq enfants noyés

Jusqu'à présent, les Rohingyas n'avaient presque jamais recouru à la lutte armée. La donne a changé en octobre 2016 avec les premières attaques de l'ARSA. D'après l'ONU à Rangoun, environ 146'000 ont fui au Bangladesh depuis le 25 août, pour un total de 233'000 depuis le début des troubles en octobre.

Le sort de ces réfugiés inquiète fortement les représentants des Nations unies sur place. A New York mardi, le secrétaire général de l'organisation, Antonio Guterres, a - fait rare - écrit au Conseil de sécurité pour le mettre en garde contre «une catastrophe humanitaire».

Nombre de Rohingyas tentent leur chance sur des rafiots de pêche à travers la rivière Naf, qui marque une frontière naturelle entre la Birmanie et la pointe sud-est du Bangladesh. Une solution risquée, les flots de ce cours d'eau pouvant être particulièrement capricieux en cette période de mousson en Asie du Sud. Mercredi, les corps de cinq enfants noyés dans le naufrage de leur bateau se sont échoués côté Bangladesh.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé mercredi qu'il distribuait de la nourriture à des dizaines de milliers de réfugiés, essentiellement Rohingyas, venus se réfugier au Bangladesh.

Apatrides malgré les générations

Depuis des décennies, la minorité musulmane des Rohingyas, qui compte environ un million de personnes, est victime de discriminations en Birmanie. Considérés comme des étrangers au sein de la Birmanie, pays à plus de 90% bouddhiste, les Rohingyas sont apatrides, même si certains vivent dans ce pays depuis des générations.

Une situation qui rendait le silence d'Aung San Suu Kyi inacceptable à l'étranger. Prenant la tête des protestations internationales, le jeune prix Nobel de la paix Malala Yousafzai avait critiqué lundi la gestion du drame par la Birmanie évoquant «le traitement honteux dont font l'objet les Rohingyas».

Double impuissance

Certains analystes estiment qu'elle est impuissante face à la montée des bouddhistes extrémistes et face à une armée qui reste très forte y compris politiquement dans un pays qui fut pendant près de 50 ans une dictature militaire.

Après une enquête sur la précédente flambée de violence, l'ONU avait dénoncé la vaste entreprise de répression «généralisée et systématique» menée essentiellement par l'armée à l'encontre des Rohingyas. L'ONU estimait que cela avait abouti à un «nettoyage ethnique» et «très probablement» à des crimes contre l'humanité. (afp/ats/nxp)

Créé: 06.09.2017, 08h24

Des milliers de manifestants en Indonésie

Des milliers de musulmans ont manifesté mercredi à Jakarta pour exiger la fin des violences contre la minorité musulmane des Rohingyas en Birmanie. Répondant à l'appel d'organisations islamistes en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, les manifestants portant pour la plupart une robe islamique blanche et une calotte se sont rassemblés devant l'ambassade de Birmanie et dans des rues adjacentes au centre-ville.Environ 4.000 au total, selon la police, les participants ont scandé «Dieu est le plus grand» et exhibé des banderoles sur lesquelles était écrit «Arrêtez de tuer des musulmans rohingyas». Ils ont également dénoncé la dégradation de la situation humanitaire dans l'Etat de Rakhine, en Birmanie, à la frontière avec le Bangladesh. Quelque 6000 policiers et militaires indonésiens ont été déployés pour protéger les abords de l'ambassade.

Par ailleurs, la ministre indonésienne des Affaires étrangères, Retno Marsudi, est revenue mardi de Birmanie, où elle a rencontré notamment la cheffe du gouvernement birman, Aung San Suu Kyi, et appelé les autorités birmanes à contribuer à résoudre la crise.

Naufrage meurtrier

Au moins cinq enfants sont morts noyés dans le naufrage mercredi d'un bateau transportant des musulmans rohingyas fuyant la violence en Birmanie, ont indiqué les garde-frontières bangladeshis à l'AFP. D'après les autorités, trois ou quatre embarcations ont coulé à l'embouchure du fleuve Naf, qui marque une frontière naturelle entre la Birmanie et la pointe sud-est du Bangladesh. Le nombre des victimes pourrait donc être supérieur. «Pour l'instant, les corps de cinq enfants, filles et garçons, ont été retrouvés en différents endroits», a déclaré Aloysius Sangma, officier des garde-frontières.

Des dizaines de personnes ont péri en tentant de franchir le cours d'eau pour fuir les combats qui opposent des rebelles musulmans rohingyas et l'armée dans le nord-ouest de la Birmanie.

Articles en relation

Dacca accuse Rangoun de poser des mines

Rohingyas Le Bangladesh accuse la Birmanie de poster des mines à la frontière afin d'empêcher le retour de Rohingyas fuyant les violences. Plus...

87'000 Rohingyas réfugiés au Bangladesh en dix jours

Birmanie Selon l'ONU, le nombre de musulmans rohingyas fuyant les violences entre l'armée birmane et la rébellion ne cesse d'augmenter. Plus...

Plus de 60'000 Rohingyas ont fui au Bangladesh

Birmanie L'ONU a estimé samedi à 60'000 le nombre de Rohingyas qui ont fui la Birmanie au cours de la dernière semaine en raison des combats entre l'armée et la rébellion. Plus...

Le Bangladesh renvoie les migrants rohingyas

Birmanie Les 70 réfugiés qui fuyaient les violences en Birmanie ont été arrêtés et forcés à repartir chez eux. Le pape affiche sa solidarité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...