Le Japon proteste contre deux dessins du Canard Enchaîné

FukushimaLe Japon a protesté contre deux dessins humoristiques publiés mercredi dans Le Canard Enchaîné à propos de l'octroi des jeux Olympiques de 2020 à Tokyo malgré la catastrophe atomique.

Le dessin de Cabu.

Le dessin de Cabu. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux dessins du Canard Enchaîné fâchent le Japon.

L'une des images, signée par le dessinateur Cabu, montre deux lutteurs gringalets coiffés d'un chignon, dont un avec trois jambes et l'autre trois bras, et un commentateur sportif disant «Marvellous, grâce à Fukushima, le sumo est devenu discipline olympique». La centrale Fukushima Daiichi est esquissée en arrière plan

Le deuxième dessin, réalisé par Mougey, montre deux travailleurs en combinaison de protection avec un compteur Geiger devant une piscine. «JO 2020 au Japon: la piscine olympique est déjà construite à Fukushima» dit la légende, tandis qu'un des protagonistes ajoute: «on va peut-être réautoriser la combinaison pour les nageurs».

«Ce genre de caricatures blesse les sinistrés de la catastrophe du 11 mars 2011 et véhicule des informations fausses sur le problème de l'eau radioactive à la centrale Fukushima Daiichi. C'est extrêmement regrettable», a réagi le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d'un point de presse.

«Nous avons l'intention d'adresser un message de protestation au Canard Enchaîné via l'ambassade du Japon à Paris», a-t-il ajouté.

La diplomatie nippone doit «donner des explications sur la situation à la centrale de sorte que ne soient plus données des informations inexactes sur le Japon», a-t-il insisté.

Médias français brocardés

«Encore les médias français !», a pour sa part titré le journal populaire de centre-gauche Mainichi Shimbun au-dessus des deux caricatures incriminées et d'un article de l'agence Kyodo qui en explique le contenu, en précisant que le premier dessin accompagne un article d'analyse des effets des fuites d'eau radioactive à la centrale ravagée.

«Il y a des gens qui ont réellement subi l'impact des radiations et ce genre de dessins les blesse», explique une journaliste japonaise. «Cela provoquerait un énorme scandale s'ils étaient publiés dans la presse nippone», ajoute-t-elle.

De façon générale, les Japonais ne supportent pas les galéjades sur Fukushima, fussent-elles destinées à dénoncer les méfaits de l'accident nucléaire causé par le tsunami du 11 mars 2011.

Pour eux, cela revient dans tous les cas à remuer le couteau dans la plaie des victimes du drame dont les souffrances psychologiques restent fortes, 160'000 personnes ayant dû quitter précipitamment leur logement. (afp/nxp)

Créé: 12.09.2013, 07h37

Articles en relation

La crise de l'eau contaminée «n'est pas si inquiétante»

Fukushima Les effets sur l'environnement des fuites d'eau radioactive à la centrale accidentée ne doivent pas tant inquiéter, a assuré mercredi le président de l'autorité nucléaire. Plus...

Tepco ne sera pas poursuivi pour négligence

Fukushima La justice japonaise ne lancera pas de poursuites pour négligence contre Tepco puisqu'elle estime que le dirigent de la centrale de Fukushima ne pouvait pas prévoir le tsunami. Plus...

Les JO 2020 à Tokyo pour tourner la page Fukushima

Olympisme Le CIO a confié samedi à Tokyo les Jeux Olympiques d'été de 2020 qui sonnent comme une promesse de jours bien meilleurs pour un pays très affecté par la catastrophe de mars 2011 et ses conséquences nucléaires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les polices municipales pourraient disparaître
Plus...