Kim se rendra à Séoul et promet de fermer un site

Nucléaire nord-coréenÀ l'issue d'un sommet sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne, le leader nord-coréen Kim Jong-un a annoncé une prochaine visite historique à Séoul.

(Mardi 18 septembre 2018)

(Mardi 18 septembre 2018)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le leader nord-coréen Kim Jong-un a annoncé mercredi une prochaine visite historique à Séoul. Il a aussi accepté de fermer devant des inspecteurs internationaux un site d'essais de missiles, à l'occasion d'un sommet intercoréen à Pyongyang.

A l'issue de leur troisième réunion depuis avril, M. Kim et le président sud-coréen Moon Jae-in ont également décidé de présenter une candidature commune à l'organisation des Jeux olympiques de 2032. Mais ils n'ont fait état que de progrès limités sur la question cruciale de la dénucléarisation, alors même que le Sud-Coréen allait à Pyongyang pour tenter de débloquer les négociations entre le Nord et les États-Unis.

Kim Jong-un a annoncé qu'il irait à Séoul «dans un avenir proche», ce qui serait la première visite d'un dirigeant du Nord dans la capitale sud-coréenne depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953). M. Kim a affirmé que l'accord signé devant les caméras avec M. Moon n'était pas long mais «porteur de l'espérance du peuple et de son désir intense de réunification».

Les deux Corées ont également décidé de réduire les tensions militaires, d'organiser régulièrement des réunions de familles divisées par la guerre, de travailler en vue de connexions routières et ferroviaires, entre autres accords bilatéraux.

Mesure suffisante?

M. Moon a indiqué que la visite de M. Kim à Séoul pourrait intervenir cette année, à moins de «circonstances particulières». Le président sud-coréen a ajouté que le Nord avait accepté de «fermer de façon permanente» le site de tests de moteurs de missile et le pas de tirs de Tongchang-ri, «en présence d'experts des nations concernées».

Reste à voir si cette mesure sera suffisante pour relancer les négociations de plus en plus compliquées sur le nucléaire. Lors de sa rencontre historique en juin avec le président américain Donald Trump à Singapour, M. Kim avait réitéré un engagement nord-coréen vague en faveur de la dénucléarisation de la péninsule. Mais Washington et Pyongyang divergent sur le sens de cet engagement.

Washington exige «une dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée» tandis que Pyongyang veut une déclaration officielle des États-Unis pour marquer la fin de la guerre de Corée. En attendant, M. Trump a salué dans un tweet la déclaration intercoréenne de Pyongyang, en estimant que M. Kim avait «accepté des inspections nucléaires, sujettes à des négociations finales». «Très enthousiasmant», a-t-il ajouté.

Mais les experts se montrent sceptiques. Pyongyang, sous le coup de multiples sanctions internationales, a effectué de nombreux lancements de missiles depuis le site de Tongchang-ri, également connu sous le nom de Sohae. Mais elle en a aussi tiré d'autres endroits, ce qui relativise la portée de l'engagement pris par M. Kim. Des images satellites prises en août laissaient entendre que des opérations de démantèlement du site de test de moteurs de fusée étaient déjà en cours à Sohae.

«Kim la joue de façon brillante»

«Kim la joue de façon brillante: Venez vérifier que je démantèle un seul site que je n'utilise plus de toute façon, pendant que je produis en masse les missiles que le site m'a permis de développer», a déclaré Vipin Narang, chercheur au MIT.

M. Moon a aussi affirmé que la Corée du Nord pourrait fermer son complexe nucléaire de Yongbyon, si Washington prenait «des mesures correspondantes», une condition, là aussi, très vague. Jeffrey Lewis, spécialiste du contrôle des armements, a déclaré sur Twitter que l'opinion généralement admise était que cette usine d'enrichissement d'uranium «avait été construite avec la claire intention d'être sacrifiée».

Avant le sommet de Pyongyang, certains experts avaient avancé que M. Moon pourrait obtenir une liste des actifs nucléaires nord-coréens. Mais il n'a au final pas été question d'une telle liste. «Sur la question de la dénucléarisation, l'accord n'est pas à la hauteur des attentes», a déclaré Yoo Ho-yeol, de la Korea University.

Séoul et Pyongyang avaient tous les deux à coeur de réactiver les projets de coopération conjoints, M. Kim pour faire profiter son pays de la puissance économique du Sud, M. Moon pour éloigner de la péninsule le spectre d'un dévastateur conflit intercoréen. (ats/nxp)

Créé: 19.09.2018, 06h45

Galerie photo

Péninsule nord coréenne: une réunion au sommet pour la paix (août 2017 -juin 2018)

Péninsule nord coréenne: une réunion au sommet pour la paix (août 2017 -juin 2018) Prévu vendredi dans la zone démilitarisée à la frontière entre les deux pays, le sommet entre les dirigeants nord et sud-coréens pourrait déboucher sur une déclaration de paix, sans traiter pour autant de la question nucléaire

Articles en relation

Le leader sud-coréen acclamé à Pyongyang

Péninsule coréenne La démonstration d'adulation de masse, typique de la Corée du Nord, a été soigneusement chorégraphiée dans les rues de Pyongyang. Plus...

Pékin invite Trump et Kim à «concrétiser» l'accord

Nucléaire nord-coréen La Chine a appelé Pyongyang et Washington à construire une « paix durable», à l'occasion du 70e anniversaire de la création de la Corée du Nord . Plus...

Depardieu était à la parade géante à Pyongyang

Corée du Nord La Corée du Nord n'a pas joué la provocation lors de la célébration de son 70e anniversaire, samedi à Pyongyang. Elle n'a pas sorti ses missiles balistiques. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...