Aux Maldives, une élection sur fond de djihadisme

Océan indienLa présidentielle de dimanche devrait reconduire un dirigeant autoritaire qui accueille tant les touristes que les vétérans de Daech.

Le tourisme est le pilier de l’économie des Maldives: 1,2 million de vacanciers en 2016, dont 30 000 Suisses.

Le tourisme est le pilier de l’économie des Maldives: 1,2 million de vacanciers en 2016, dont 30 000 Suisses. Image: Getty Images

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dimanche matin, à l’heure où des milliers de touristes se réveilleront devant les eaux turquoise des Maldives, la population se rendra aux urnes pour la présidentielle. Le scrutin est décisif pour l’avenir du pays. «Soit nous rétablissons la démocratie, soit nous basculons pour de bon dans la dictature», prévient le directeur d’une ONG.

Six ans après la chute du premier président démocratiquement élu, Mohamed Nasheed, l’élection pourrait voir le président Abdulla Yameen consolider sa dictature dans cette nation de 417 000 habitants où les combattants de Daech jouissent de la bienveillance des autorités.

Si l’opposition s’est unie derrière le candidat du Parti démocratique des Maldives (MDP), certains estiment qu’elle n’a aucune chance. «Des journalistes et des représentants de la société civile pensent que Yameen va manipuler les résultats. Les dés sont pipés», observe Henri Malosse, président du Comité économique et social européen, qui s’est rendu sur place en août avec trois députés du Parlement de Strasbourg. Le directeur de la Commission électorale est l’ancien secrétaire général du parti de Yameen. Et le MDP accuse la Commission d’avoir confié les bureaux de vote à des militants pro-Yameen.

Des journalistes étrangers ont été écartés par une procédure de visa de presse proche du racket. La commission électorale a mis notre journal en contact avec un intermédiaire, point de passage obligé pour déposer une demande. L’homme a exigé 300 dollars de frais par jour passé sur place.

Le 6 septembre, le Département d’État américain a menacé de sanctions «les individus qui entravent un processus électoral libre et équitable». L’Union européenne a dressé une liste provisoire de 41 personnes proches de Yameen qui risqueraient un gel de leurs avoirs et une interdiction de séjour si l’élection est irrégulière.

L’opposition refuse pourtant de boycotter le scrutin. Elle espère que les sanctions pousseront les magnats du tourisme à lâcher Yameen pour protéger leurs intérêts. Car le secteur touristique est le pilier de l’économie dans ce pays qui a accueilli 1,2 million de vacanciers en 2016, dont 30 000 Suisses. «La menace de sanctions fait peur aux alliés de Yameen. Certains d’entre eux ont commencé à prendre leurs distances», assure un haut responsable du MDP.

Pékin en appui

Mais Abdulla Yameen compte de sérieux appuis. À commencer par Pékin, qui a débloqué 1,3 milliard de dollars de prêts pour la modernisation de l’aéroport de Malé, la construction d’un pont et un programme immobilier.

De plus, dans ce pays où l’islam sunnite est la seule religion légale, le président s’appuie sur les mouvements radicaux pour asseoir sa légitimité. Son colistier et ministre des Affaires islamiques, Mohamed Shaheem, est connu pour ses opinions antisémites. En 2010, il avait participé à un mouvement de protestation qui accusait une ONG ophtalmologique israélienne, venue à Malé pour dispenser des soins gratuits, de trafiquer des globes oculaires. Le régime fait aussi preuve de mansuétude à l’égard des combattants de Daech revenus du Proche-Orient. «Il n’y a eu aucune poursuite à leur encontre», indique James John Robinson, auteur d’un livre de référence sur les Maldives.

Parmi les recrues de l’organisation en Irak et en Syrie, les Maldives comptaient le deuxième plus gros contingent par million d’habitants avec 200 à 300 hommes, d’après une étude du Soufan Group parue en 2015. «Tout le monde aux Maldives a un frère, un cousin ou un ami qui est parti en Syrie», observait la journaliste Francesca Borri dans un ouvrage publié en 2016. L’islam radical gangrène le corps social. Fin août, dans le nord de l’archipel, des villageois ont fêté l’Aïd en rejouant le 11 Septembre. Une maquette d’avion, suspendue à un filin, est allée percuter une réplique du World Trade Center. La tour a pris feu quelques instants plus tard sous le regard de figurants encagoulés et armés de fusils en bois.

(TDG)

Créé: 21.09.2018, 19h31

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...