Passer au contenu principal

GuerreL'armée d'Assad se rapproche de la Turquie

Les forces du régime syrien se sont rapprochées lundi de la frontière avec la Turquie, où les troupes d'Ankara et des supplétifs syriens mènent toujours des combats.

Alors que le conflit a démarré il y a 9 ans, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer est en Syrie afin d'évaluer comment améliorer la réponse face aux besoins «énormes» qui affectent la population. (Mardi 11 mars 2020)
Alors que le conflit a démarré il y a 9 ans, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer est en Syrie afin d'évaluer comment améliorer la réponse face aux besoins «énormes» qui affectent la population. (Mardi 11 mars 2020)
Keystone
Après l'accord entre la Russie et la Turquie jeudi, un cessez-le-feu est entré en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi. Un calme «relatif» règne à Idleb. (5 mars 2020)
Après l'accord entre la Russie et la Turquie jeudi, un cessez-le-feu est entré en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi. Un calme «relatif» règne à Idleb. (5 mars 2020)
AFP
Des forces de l'Armée syrienne libre, soutenues par la Turquie, sont en formation lors de manœuvres militaires en vue d'une incursion turque prévue visant des combattants kurdes syriens, près de la ville d'Azaz. (7 octobre 2019)
Des forces de l'Armée syrienne libre, soutenues par la Turquie, sont en formation lors de manœuvres militaires en vue d'une incursion turque prévue visant des combattants kurdes syriens, près de la ville d'Azaz. (7 octobre 2019)
Keystone
1 / 81

Le régime syrien a envoyé ses troupes lundi dans le nord du pays pour tenter de stopper l'offensive turque contre les forces kurdes. Celles-ci ont appelé à l'aide après l'annonce d'un départ des soldats de leur allié américain de cette région.

Les quelque 1000 soldats américains, qui étaient déployés dans le nord de la Syrie pour aider les forces kurdes dans leur combat contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI), ont reçu l'ordre de quitter le pays, a indiqué lundi à l'AFP un responsable américain.

Selon lui, ce retrait concerne «tous» les militaires déployés en Syrie, «sauf ceux se trouvant à Al-Tanaf», une base contrôlée par quelque 150 soldats américains dans le sud de la Syrie. Ce pays est ravagé par une guerre complexe aux multiples acteurs depuis 2011.

Progression des forces turques

Face à la progression depuis le 9 octobre des forces turques et de leurs supplétifs syriens qui ont conquis de vastes secteurs frontaliers dans le nord syrien, et à la première annonce dimanche d'un retrait américain, les forces kurdes ont réclamé un déploiement de l'armée de Bachar el-Assad près de la frontière.

L'offensive d'Ankara vise à instaurer une «zone de sécurité» de 32 km de profondeur pour séparer sa frontière des territoires contrôlés par les Unités de protection du peuple (YPG). Cette milice kurde est qualifiée de «terroriste» par Ankara mais soutenue par l'Occident.

Sous un déluge de feu, les forces turques et leurs alliés locaux, ces anciens rebelles ayant combattu le régime Assad au début de la guerre, ont conquis une bande territoriale longue d'environ 120 km, allant de la ville frontalière de Tal Abyad jusqu'à l'ouest de Ras al-Aïn.

Pour contrer la progression des forces turques, les forces prorégime se sont déployées au sud de Ras al-Aïn, à la périphérie de la ville Tal Tamr. Leur arrivée a été saluée par les habitants, a constaté un correspondant de l'AFP. Et pour la première fois depuis 2012, l'armée syrienne est entrée dans la ville de Minbej, contrôlée par un conseil militaire affilié aux Kurdes, selon les médias officiels et un responsable local.

«Tunnels sous la ville»

Des combats continuent de faire rage à Ras al-Aïn entre les troupes turques et les Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les YPG sont la principale composante, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «Il y a un vaste réseau de tunnels sous Ras al-Aïn», a affirmé à l'AFP Abou Bassam, un commandant syrien proturc. Les FDS «se déplacent rapidement et sous terre.»

L'intervention du régime est un véritable retournement de situation illustrant la complexité de la guerre en Syrie. Le régime a régulièrement fustigé l'autonomie de facto instaurée par la minorité kurde à la faveur du conflit sur près d'un tiers du territoire dans le nord et le nord-est du pays. De plus cette minorité a été pendant des décennies opprimée par le pouvoir en Syrie.

«Entre les compromis et le génocide de notre peuple, nous choisirons la vie», a dit à Foreign Policy Mazloum Abdi, le haut commandant des FDS, pour justifier l'accord avec le régime qui prévoit l'entrée de l'armée dans Minbej et Kobané, villes sous contrôle kurde, selon un média proche du pouvoir.

Depuis le début de l'offensive, 133 combattants kurdes et 69 civils ont été tués, ainsi que 108 rebelles proturcs, selon l'OSDH. Et 160'000 personnes ont été déplacées, d'après l'ONU. La Turquie a annoncé la mort de quatre soldats en Syrie et de 18 civils dans la chute de roquettes kurdes sur des villes frontalières turques.

«Grosses sanctions»

Pendant des années, les Occidentaux principalement les Etats-Unis au sein de la coalition internationale antidjihadistes ont aidé les FDS face à l'EI vaincu en mars dernier en Syrie.

Les Kurdes détiennent toujours dans leurs prisons des milliers de membres de l'EI dont un grand nombre d'étrangers et retiennent des milliers de proches de djihadistes dans des camps. Les Kurdes et plusieurs pays européens ont mis en garde contre une résurgence de l'EI à la faveur du chaos sécuritaire créé par l'assaut turc.

Dimanche, les autorités Kurdes ont affirmé que près de 800 proches de djihadistes avaient fui d'un camp. Mais le président américain Donald Trump, dont le pays est un allié de la Turquie au sein de l'Otan, a affirmé que les Kurdes pourraient être en train d'en relâcher quelques-uns pour nous forcer à nous impliquer«. Il a de nouveau indiqué que de »grosses sanctions contre la Turquie arrivent.

Les Kurdes estiment que Washington les a abandonnés en retirant le 7 octobre des soldats de zones frontalières, deux jours avant l'assaut turc.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.