Un archevêque opposé à «la voie de l'euthanasie»

Affaire Vincent LambertUne sommité de l'église catholique exhorte la France à ne pas arrêter les soins du patient en état végétatif.

«Prions pour que notre société française ne s'engage pas sur la voie de l'euthanasie», a déclaré l'archevêque de Reims, Mgr Eric de Moulins-Beaufort.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'archevêque de Reims, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, a appelé vendredi à ce que la société française «ne s'engage pas sur la voie de l'euthanasie», quelques jours avant la procédure d'arrêt des soins de Vincent Lambert programmée à partir de lundi.

«Prions pour M. Vincent Lambert», sa famille et ses amis. «Prions pour les médecins, le personnel infirmier et soignant du CHU de Reims qui s'occupent de lui. Prions pour ceux qui ont eu et qui ont encore à décider de son sort», a appelé Eric de Moulins-Beaufort dans cette prière envoyée aux communautés paroissiales et destinée à être lue dimanche lors de la messe.

«Prions pour que notre société française ne s'engage pas sur la voie de l'euthanasie», a-t-il ajouté, alors que le débat autour du sort de Vincent Lambert, tétraplégique dans un état végétatif depuis plus de 10 ans, a pris une nouvelle dimension avec l'annonce de l'interruption des soins à partir du 20 mai.

«Prions pour M. Vincent Lambert»

Mercredi, le tribunal administratif de Paris a rejeté un recours en urgence des parents de Vincent Lambert, qui invoquaient «l'atteinte grave et manifestement illégale portée au droit au respect de la vie et au droit au recours effectif, qui constituent des libertés fondamentales».

Les parents de Vincent Lambert, Pierre, 90 ans, et Viviane, 73 ans, fervents catholiques, appellent, avec l'association «Je soutiens Vincent», à un rassemblement dimanche devant l'hôpital de Reims où se trouve leur fils afin de tenter d'empêcher l'arrêt programmé des traitements.

«Ce dimanche 19 mai, je serai dès 15 heures devant l'hôpital de Reims pour les supplier de continuer à hydrater et nourrir Vincent», écrit Mme Lambert sur le site de «Je soutiens Vincent».

L'affaire, devenue un symbole du débat sur la fin de vie en France, déchire sa famille: d'un côté, les parents, un demi-frère et une soeur s'opposent à l'arrêt des soins; de l'autre, son épouse Rachel, son neveu François et six frères et soeurs du patient dénoncent un acharnement thérapeutique. (afp/nxp)

Créé: 17.05.2019, 13h47

Arrêt des soins de Vincent Lambert: le Défenseur des droits refuse de se prononcer

Le Défenseur des Droits a estimé vendredi qu'il «ne lui appartient pas» de trancher entre la demande des parents de Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans, et les décisions du Conseil d'Etat et de la CEDH après l'annonce de la prochaine interruption des soins.

Les avocats des parents de Vincent Lambert avaient saisi lundi le Défenseur des droits afin qu'il intervienne pour faire appliquer les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées de l'ONU (CIDPH), enjoignant à la France de suspendre toute décision d'arrêt des soins de Vincent Lambert, prévu à partir du 20 mai, avant une instruction sur le fond

Articles en relation

Vincent Lambert: recours des parents rejeté

France Le traitement de Vincent Lambert, qui vit à l'état végétatif depuis 10 ans, sera stoppé ce mois. Le recours des parents a été rejeté ce mercredi. Plus...

Affaire Vincent Lambert: arrêt des soins validé

France Le Conseil d'État a validé la décision médicale d'interrompre les traitements du tétraplégique en état végétatif depuis dix ans. Les parents font recours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...