L’Arabie saoudite retirée d’une liste noire de l’ONU

Violences contre les enfantsLa coalition qui intervient au Yémen a été retirée de la liste des pays violant les droits des enfants. Des ONG dénoncent des pressions.

Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU

Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le rapport de l’ONU datant du 20 avril, intitulé «Le sort des enfants en temps de conflit armé», était sans équivoque. L’un de ses passages mentionnait l’implication dans la mort de plus de 500 enfants de la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite qui intervient contre la rébellion houthie au Yémen. Dans le rapport, cette coalition était ainsi classée sur liste noire, d’ailleurs avec tous les autres acteurs de ce conflit, sous le qualificatif de partie qui «tue et mutile des enfants» et qui «attaque des écoles et/ou des hôpitaux».

Le document a été publié le 2 juin. Seulement voilà, le 6 juin, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon faisait savoir par voie de communiqué que les conclusions du rapport, à la demande de l’Arabie saoudite, allaient être réexaminées. Et qu’en attendant, la mention de la coalition allait être retirée de la liste noire qui figure en annexe du rapport.

Mercredi, une vingtaine d’ONG sont montées au front pour dénoncer cette décision, qui aurait été prise suite à d’énormes pressions exercées par Riyad sur le secrétaire général de l’ONU. Parmi les signataires, Amnesty International, Ofxam, Terre des hommes ou encore Human Rights Watch.

«Cette décision va à l’encontre des preuves flagrantes qui montrent que les violations commises par la coalition menée par l’Arabie saoudite ont tué et blessé des centaines d’enfants au Yémen», déclare Jo Becker, responsable de la protection des enfants à Human Rights Watch (HRW). Une telle volte-face de l’ONU sous la pression d’un gouvernement «rend dérisoires les efforts de l’ONU pour protéger les enfants», poursuit-il

Selon des diplomates, Riyad aurait exercé de très fortes pressions pour obtenir son retrait de la liste. Riyad a ainsi menacé de couper des financements saoudiens aux agences de l’ONU, notamment l’UNRWA qui aide les réfugiés palestiniens et qui connaît de graves difficultés financières. Jeudi, Ban Ki-moon a confirmé publiquement ces pressions et s’en est plaint. Les Saoudiens avaient aussi dit que les négociations de paix au Yémen en cours entre le gouvernement yéménite que soutient la coalition et les rebelles chiites houthis risquaient d’en pâtir.

Le rapport qui dérange l'Arabie saoudite mentionne dans le chapitre consacré au Yémen que l’année 2015 a été particulièrement meurtrière pour les enfants. Le nombre d’enfants tués et blessés a sextuplé par rapport à 2014, avec un total de 785 enfants tués et 1168 blessés. Or le document impute 60% des victimes (510 morts et 667 blessés) à la coalition dirigée par l’Arabie saoudite – chiffres contestés par Riyad – et 20% (142 morts et 247 blessés) aux forces houthistes. Les frappes aériennes comptent pour 60% des décès. L’ONU a aussi dénombré 101 attaques contre des écoles et des hôpitaux, dont 48% sont attribuées à la coalition et 29% aux houthis.

Le document de l’ONU passe par ailleurs en revue le sort terrible des enfants victimes de conflits armés dans quatorze pays durant l’année 2015.

(TDG)

Créé: 09.06.2016, 15h41

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...