Riyad accuse l'Iran des attaques sur les pétroliers

Moyen-OrientAprès Washington et Londres, le prince héritier d'Arabie saoudite a aussi pointé du doigt Téhéran dans cette affaire.

Les attaques interviennent un mois après le sabotage de quatre navires, dont trois pétroliers, au large des Emirats.

Les attaques interviennent un mois après le sabotage de quatre navires, dont trois pétroliers, au large des Emirats. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Arabie saoudite a accusé dimanche l'Iran, son grand rival régional, d'être l'auteur des attaques commises jeudi contre deux pétroliers en mer d'Oman. Après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, Ryad a attribué au «régime iranien» les attaques non revendiquées qui ont endommagé deux tankers.

Téhéran nie catégoriquement toute implication dans ces faits survenus près du détroit d'Ormuz, par lequel transite le tiers du pétrole transporté par voie maritime dans le monde.

Les attaques, qui ont fait bondir les cours de l'or noir, ont frappé un navire japonais transportant du méthanol et un pétrolier chypriote transportant du naphta. Elles sont survenues au moment où le Premier ministre japonais Shinzo Abe était en visite à Téhéran dans l'espoir de réduire les fortes tensions entre Iran et Etats-Unis.

«Le régime iranien n'a pas respecté la présence du Premier ministre japonais à Téhéran et a répondu à ses efforts en attaquant deux pétroliers, dont l'un était japonais», a déclaré le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, dans une interview au quotidien «Asharq al-Awsat».

«Intérêts vitaux»

«Nous ne voulons pas une guerre dans la région (...) Mais nous n'hésiterons pas à réagir à toute menace contre notre peuple, notre souveraineté, notre intégrité territoriale et nos intérêts vitaux», a averti le prince saoudien.

Auparavant, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Conseil de coopération du Golfe (CCG) avaient appelé samedi à la sécurisation des approvisionnements en énergie venant du Golfe à la suite des attaques contre des pétroliers dans cette région.

Les attaques de jeudi sont intervenues environ un mois après le sabotage de quatre navires, dont trois pétroliers, au large des Emirats. Les Etats-Unis ont également accusé de ces actions l'Iran, qui a démenti. Avant que son prince héritier n'accuse ouvertement l'Iran, l'Arabie saoudite, allié des Emirats et des Etats-Unis, a demandé samedi une réponse «décisive» aux menaces sur l'approvisionnement énergétique «créées par les récents actes terroristes».

Sécuriser la navigation

Les Emirats, dont l'une des façades maritimes donne sur la mer d'Oman, ont appelé la communauté internationale à «coopérer pour sécuriser la navigation internationale» et les approvisionnements en énergie venant du Golfe.

Le ministre émirati des Affaires étrangères, cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane, cité par l'agence de presse officielle WAM, a plaidé pour une «désescalade», sur fond de guerre des mots entre les ennemis iranien et américain. «La région est complexe et a beaucoup de ressources, que ce soit du gaz ou du pétrole, qui sont nécessaires pour le (reste du) monde. Nous voulons que le flux de ces ressources reste sûr afin d'assurer la stabilité de l'économie mondiale», a déclaré le ministre émirati en Bulgarie.

Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Abdellatif al-Zayani, a jugé les attaques comme une «menace directe» contre les approvisionnements en énergie et a lui aussi appelé les puissances mondiales à protéger les voies maritimes internationales.

La veille, le président américain Donald Trump a affirmé que «l'Iran a fait ceci», en référence aux attaques, s'appuyant sur une vidéo publiée par le Pentagone, présentée comme l'accostage d'un des tankers ciblés par une vedette des Gardiens de la Révolution, armée idéologique iranienne, qui retirent une mine non explosée de la coque du pétrolier. L'Iran a rejeté comme «sans fondement» ces accusations. Le chef de l'ONU Antonio Guterres a appelé à une enquête «indépendante» pour déterminer les responsables.

«Objet volant»

Frappé par l'une des attaques, le méthanier japonais Kokuka Courageous est en route vers les Emirats, a indiqué son armateur. «Nous ne savons pas encore si le tanker va à Khor Fakkan ou à Fujairah car (les deux villes) sont très proches», a déclaré le porte-parole de l'opérateur.

L'équipage, secouru, a dit avoir vu lors de l'attaque un «objet volant» se diriger vers le tanker puis une explosion. Sa cargaison de méthanol est intacte. A son arrivée aux Emirats, des experts tenteront de transférer à quai la cargaison hautement inflammable, selon un responsable anonyme cité par les médias étatiques japonais.

L'autre navire attaqué, le Front Altair, qui transportait du naphta, a été remorqué hors des eaux iraniennes et subira une évaluation des dégâts, a déclaré son opérateur. «Les 23 membres d'équipage du Front Altair sont sains et saufs», a-t-il indiqué. Le Front Altair, propriété d'un armateur chypriote d'origine norvégienne, a été secoué par trois explosions qui ont provoqué un incendie finalement maîtrisé.

L'Iran a plusieurs fois menacé de fermer le stratégique détroit d'Ormuz en cas de confrontation avec les Etats-Unis. Les Iraniens «ne vont pas fermer (le détroit). Il ne va pas être fermé pendant longtemps et ils le savent. Cela leur a été dit dans les termes les plus forts», a assuré Donald Trump.

Mais les transporteurs maritimes sont inquiets. «Si ces eaux devenaient dangereuses, l'approvisionnement de l'ensemble du monde occidental pourrait être menacé», a déclaré Paolo d'Amico, le président d'Intertanko, une association de pétroliers dont font partie les deux propriétaires des navires touchés jeudi. (afp/nxp)

Créé: 15.06.2019, 18h35

L'Arabie saoudite intercepte un nouveau drone rebelle yéménite

L'Arabie saoudite a intercepté samedi un nouveau drone lancé par les rebelles yéménites houthis contre la ville saoudienne d'Abha (sud), a annoncé la coalition militaire antirebelles menée par Ryad. L'engin a été abattu et l'attaque n'a fait ni victime ni dégât. Les Houthis ont intensifié ces dernières semaines les attaques de drones contre l'Arabie saoudite, qui intervient militairement depuis 2015 au Yémen à la tête d'une coalition progouvernementale. En représailles, la coalition a intensifié ses raids aériens contre des positions houthis dans la province de Hajjah, dans le nord du Yémen. Elle a également procédé à des frappes sur la capitale Sanaa, tenue par les rebelles, a rapporté samedi la télévision d'Etat saoudienne. Ces développements interviennent alors que la tension grandit dans la région. La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales soutenues par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis aux rebelles houthis appuyés par Téhéran et qui contrôlent une bonne partie du nord et l'ouest du pays ainsi que Sanaa.

Articles en relation

Un «acteur étatique» derrière les navires sabotés

Moyen-Orient L'enquête menée par les Emirats Arabes Unis, la Norvège et l'Arabie Saoudite ne permet toutefois pas d'incriminer l'Iran. Plus...

La tension monte toujours plus dans le Golfe

Moyen-Orient Les autorités de l'Arabie saoudite, alliée de Washington, ont fait état d'«actes de sabotage» contre des navires saoudiens au large des Émirats arabes unis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.