Angela Merkel joue sa survie politique

AllemagneLes négociations pour former un gouvernement achoppaient toujours dimanche soir en Allemagne.

Après un mois de négociations, les différents partis de la possible coalition d’Angela Merkel – sans précédent au niveau fédéral – restaient toujours en désaccord sur les grandes lignes de la ligne gouvernementale de la prochaine législature.

Après un mois de négociations, les différents partis de la possible coalition d’Angela Merkel – sans précédent au niveau fédéral – restaient toujours en désaccord sur les grandes lignes de la ligne gouvernementale de la prochaine législature. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La deadline de 18 heures, dimanche soir, n’a pu être tenue. Le patron des libéraux (FDP) avait pourtant prévenu la veille: «A cette heure-là, ce sera point barre!» Malgré cet ultimatum, Merkel, le FDP et les écologistes ont poursuivi les négociations jusque tard dans la nuit. «Ils parlent encore ensemble!» se félicitait dimanche soir une source proche des négociateurs.

En dépit de gros différends et d’une atmosphère «peu harmonieuse», les différentes parties semblaient en effet déterminées à obtenir un résultat. Mais l’issue était encore incertaine dimanche soir. Nouveau report de cette «table ronde», échec total, gouvernement minoritaire sans les écologistes… même de nouvelles élections – sans Merkel – n’étaient pas exclues.

Après un mois de négociations, les différents partis de la possible coalition d’Angela Merkel – sans précédent au niveau fédéral – restaient toujours en désaccord sur les grandes lignes de la ligne gouvernementale de la prochaine législature. L’asile a été la principale pomme de discorde ces dernières semaines entre les conservateurs (CDU/CSU), les libéraux du FDP et les écologistes (Die Grünen), qui ne sont jamais arrivés à s’accorder sur la réintroduction, en mars 2018, du droit au regroupement familial suspendu lors de la «crise des réfugiés».

Entre 100 000 et 200 000 personnes pourraient en bénéficier en 2018. Les ultraconservateurs de la CSU, la branche bavaroise du parti de Merkel, estiment que ce serait un suicide électoral, alors que l’extrême droite a battu des records en Bavière, terre conservatrice, aux élections de septembre. Le scrutin régional dans un an promet de s’achever en déroute électorale, craint la CSU.

Les luttes de pouvoir internes ne facilitent pas les négociations. Le président de la CSU, Horst Seehofer, est très contesté, comme Angela Merkel à la CDU. Un échec signifierait de nouvelles élections et sans doute la fin de la carrière politique de la chancelière et du patron de la CSU.

Pour éviter le désastre, les écologistes ont fait des concessions en acceptant la limite du nombre de réfugiés à 200 000, un douloureux compromis qui doit être avalisé par les militants le 25 novembre. Mais le chef des Verts, Cem Özdemir, a exigé que les conservateurs cèdent en contrepartie sur le regroupement familial. «Nous sommes allés au-delà de notre ligne rouge», insistait dimanche soir Cem Özdemir. En ajoutant: «Les autres sont-ils prêts à prendre leurs responsabilités pour assurer l’avenir du pays?»

Créé: 19.11.2017, 21h07

Articles en relation

La fin du charbon, pomme de discorde du futur gouvernement Merkel

Allemagne Alors que la conférence sur le climat touche à sa fin à Bonn, l’avenir du charbon divise les futurs membres de la coalition. Plus...

Angela Merkel condamnée à réussir sa coalition «jamaïcaine»

Allemagne La chancelière a engagé de difficiles négociations pour former un gouvernement. En jeu, rien de moins que sa carrière politique. Plus...

Sur l’Europe, Angela Merkel est dans le brouillard

Allemagne Emmanuel Macron présente mardi ses propositions sur l’Europe post-Brexit. Or la nouvelle donne allemande pourrait freiner ses ambitions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...