Passer au contenu principal

AllemagneAngela Merkel aurait «vendu son âme»

La nouvelle coalition gouvernementale passe mal chez de nombreux conservateurs pour lesquels trop de concessions ont été faites.

Le Bundestag allemand a élu mercredi Angela Merkel chancelière pour un quatrième mandat. La dirigeante conservatrice a obtenu 364 voix sur 688 votes valables à la chambre basse du parlement. (Mercredi 14 mars 2018)
Le Bundestag allemand a élu mercredi Angela Merkel chancelière pour un quatrième mandat. La dirigeante conservatrice a obtenu 364 voix sur 688 votes valables à la chambre basse du parlement. (Mercredi 14 mars 2018)
AFP
Le parti social-démocrate lance une campagne pour convaincre ses membres d'approuver un gouvernement avec Merkel. (Samedi 17 février 2018)
Le parti social-démocrate lance une campagne pour convaincre ses membres d'approuver un gouvernement avec Merkel. (Samedi 17 février 2018)
AFP
German Chancellor Angela Merkel, head of the Christian Democratic Party CDU, is greeted by her her challenger Martin Schulz, head of the Social Democratic Party SPD, prior to a TV talk of the party leaders in Berlin, Germany, Sunday, Sept. 24, 2017, after the German parliament elections. (AP Photo/Gero Breloer, pool)
German Chancellor Angela Merkel, head of the Christian Democratic Party CDU, is greeted by her her challenger Martin Schulz, head of the Social Democratic Party SPD, prior to a TV talk of the party leaders in Berlin, Germany, Sunday, Sept. 24, 2017, after the German parliament elections. (AP Photo/Gero Breloer, pool)
Keystone
1 / 63

Des critiques se sont élevées jeudi chez les conservateurs d'Angela Merkel pour reprocher à la chancelière allemande certaines concessions faites aux sociaux-démocrates afin de conclure un accord de coalition gouvernementale. Certains parlent même d'erreur politique.

Angela Merkel, qui est à la tête des chrétiens-démocrates (CDU), a concédé le portefeuille des Finances au SPD dans le cadre de l'accord de coalition qui a finalement été scellé mercredi, plus de quatre mois après les élections législatives fédérales du 24 septembre.

«Je pense que la formation de ce gouvernement, en l'état, est une erreur politique», a estimé Christian von Stetten, député CDU qui représente les intérêts des entreprises, à la chaîne publique ARD. Pour lui, cette erreur concerne notamment l'attribution du ministère des Finances au SPD.

«Chancelière à tout prix»

L'octroi de ce portefeuille montre quel prix les conservateurs ont dû payer pour renouveler la grande coalition avec le SPD, au pouvoir avec la CDU/CSU depuis 2013, et assurer à Angela Merkel un quatrième mandat consécutif de chancelière. Pour le journal à grand tirage «Bild», Mme Merkel a vendu son âme. «Chancelière à tout prix», écrit «Bild» en page de Une. «Merkel offre le gouvernement au SPD».

En vertu de l'accord de coalition, le SPD conservera notamment les portefeuilles des Affaires étrangères, de la Justice et du Travail. Une alliée politique d'Angela Merkel, Julia Klöckner, a dû monter au créneau jeudi pour défendre l'accord de coalition.

«Nous avons tenu les principales promesses que nous avions faites durant la campagne électorale», a-t-elle dit à la Bayerischer Rundfunk. «Pour les familles, les aides sont sensiblement plus importantes. Nous stabiliserons les finances. Il n'y aura pas de nouvelles dates, et pas non plus de hausses d'impôts», a-t-elle argumenté.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.