Un ancien leader de l'ETA en cavale a été arrêté

FranceLa justice espagnole recherchait Josu Ternera pour son rôle dans un attentat mortel en 1987. Il a été appréhendé jeudi, en France.

Ternera qui avait enregistré la «déclaration finale» de l'ETA serait gravement malade.

Ternera qui avait enregistré la «déclaration finale» de l'ETA serait gravement malade. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La longue cavale de Josu Ternera, l'un des plus influents chefs de l'organisation séparatiste basque ETA, recherché par l'Espagne et la France depuis 16 ans, a pris fin jeudi devant un hôpital des Alpes françaises.

En pleine campagne pour les élections municipales, régionales et européennes du 26 mai, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a réagi dans un tweet: «La démocratie a vaincu l'ETA grâce à l'union de tous les partis».

De son vrai nom Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, l'ancien numéro un de l'organisation dissoute l'année dernière a été, tour à tour, l'inspirateur d'une stratégie d'attentats meurtriers puis le promoteur de négociations de paix avec l'Etat espagnol, avant d'être écarté de la direction du groupe.

Aujourd'hui âgé de 68 ans, Ternera a été arrêté au petit matin sur un parking de l'hôpital général de Sallanches, a indiqué à l'AFP la chef d'escadron des gendarmes de Chamonix, Sarah Chelpi. L'annonce avait été faite auparavant par le ministère espagnol de l'Intérieur.

Malade d'un cancer

Il s'y rendait pour un rendez-vous médical accompagné d'un ami, également interpellé. Selon Madrid, l'ancien «etarra» vivait dans les environs, et il souffrirait d'un cancer d'après les médias espagnols. Il a d'ailleurs été examiné par un médecin, à sa demande, après son arrestation.

Celle-ci est intervenue en exécution d'un mandat d'arrêt français émis après sa condamnation par défaut, en 2017 à Paris, à huit ans de prison pour «participation à une association de malfaiteurs terroriste».

Après avoir passé une partie de la journée à la gendarmerie de Sallanches, Josu Ternera a été écroué à la maison d'arrêt de Bonneville.

Il doit être transféré vendredi au tribunal de Paris où un magistrat du parquet devra lui notifier le mandat d'arrêt décerné à son encontre, a annoncé le parquet de Paris.

Il a dix jours pour faire opposition du jugement de 2017, et obtenir un nouveau procès. S'il ne le fait pas, la peine sera exécutée.

Rien n'empêche la justice espagnole de demander parallèlement son transfert, a souligné le procureur de la République à Bonneville, Patrice Guigon. Il n'a pu dire depuis combien de temps Josu Ternera résidait en France, à défaut d'interrogatoire à ce stade.

Voitures piégées

Pour le gouvernement espagnol, il était le militant de l'ETA le plus recherché par les polices espagnole et française et faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Il avait échappé de justesse à plusieurs tentatives d'arrestation.

Il était recherché depuis 2002 quand, député régional d'Euskal Herritarrok, coalition nationaliste radicale, il était passé dans la clandestinité après avoir été cité à comparaître en justice pour son rôle présumé dans un attentat contre une caserne de la Garde civile à Saragosse, dans le nord de l'Espagne, qui avait fait 11 morts, dont cinq enfants, en 1987.

Selon l'Audience nationale, haut tribunal basé à Madrid, il est également recherché pour son implication présumée dans l'assassinat, en 1980, d'un cadre du groupe Michelin en Espagne.

Josu Ternera est considéré comme l'instigateur de la stratégie d'attentats à la voiture piégée adoptée par l'ETA dans les années 80. Il avait rejoint l'ETA vers la fin des années 1960, pendant la dictature de Franco, et s'était réfugié en France dans les années 1970.

Chef de l'ETA de la fin des années 1970 jusqu'à au moins son arrestation en France en 1989, il avait fini par être écarté de l'état-major en 2006 par les plus radicaux de l'organisation.

Négociations

Après avoir établi des contacts avec le gouvernement espagnol en vue de négociations de paix dès les années 1980, il avait joué un rôle de premier plan dans les discussions tenues avec le gouvernement socialiste de Jose Luis Rodriguez Zapatero à partir de 2005.

En 1990, Ternera avait été condamné par la justice française à dix ans de prison et cinq ans d'interdiction de séjour pour «association de malfaiteurs». «J'ai été, je suis et je serai toujours membre de l'ETA, je suis fier de l'être», avait-il déclaré lors de son procès.

Fondée en 1959 sous la dictature de Franco, l'ETA a tué au moins 853 personnes durant quatre décennies de violence pour l'indépendance du Pays Basque.

Elle a décrété un cessez-le-feu en 2011, avant sa dissolution annoncée en mai 2018 par la voix de Josu Ternera lui-même.

Son «arrestation est inacceptable et une insulte dans le contexte actuel», a dénoncé le collectif basque Bake Bidea («le chemin de la paix»), pour qui «les États français et espagnol n'assument pas de façon responsable les avancées décisives réalisées ces huit dernières années».

(ats/nxp)

Créé: 16.05.2019, 10h09

Articles en relation

L'organisation basque ETA annonce sa dissolution

Espagne Le mouvement qui s'est illustré durant une décennie par des attentats meurtriers en Espagne indique dans une lettre publiée ce mercredi avoir mis fin à ses activités. Plus...

Dernier acte de la dissolution de l'ETA

Pays Basque Une conférence aux allures de cérémonie d'adieux de l'ETA va se dérouler vendredi au Pays Basque français. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inde: vers une réélection du nationaliste Modi
Plus...