Passer au contenu principal

Un ancien espion américain a aidé Pékin

Un ancien agent de la CIA, qui était parti en 2007, a plaidé coupable mercredi d'espionnage au profit de la Chine.

Vue aérienne des bureaux de la CIA, en Virginie.
Vue aérienne des bureaux de la CIA, en Virginie.
AFP

Cet ancien militaire de 54 ans, naturalisé américain, avait rejoint en 1994 la Central Intelligence Agency (CIA), avant de la quitter en 2007 pour s'installer à Hong Kong. Il encourt la réclusion à perpétuité.

Des agents du renseignement chinois l'ont approché trois ans plus tard pour lui proposer de l'argent et de «prendre soin de lui à vie en échange de sa collaboration», indique la justice américaine.

Des agents du FBI, la police fédérale américaine, ont découvert en 2012 dans un de ses bagages des carnets comportant des noms, des contacts et d'autres indications sur des employés et des informateurs de la CIA, comme les adresses d'abris clandestins.

Effondrement du réseau en Chine

Mais il n'a été arrêté que six ans plus tard, sans que les autorités ne précisent pourquoi il avait fallu autant de temps avant que l'ancien agent du renseignement américain puisse être inculpé.

«En aidant délibérément un gouvernement étranger, M. Lee a gravement mis en danger la sécurité de notre pays, ainsi que celle de personnes innocentes, à savoir ses anciens collègues du renseignement», a dit John Brown, directeur adjoint du FBI pour le contre-espionnage.

Cette affaire pourrait être liée à l'effondrement spectaculaire du réseau de la CIA en Chine il y a huit ans. Le «New York Times» avait rapporté en 2017 que les Chinois avaient, entre 2010 et 2012, tué «au moins une dizaine» de sources de la CIA en Chine et emprisonné au moins six autres.

Un ancien agent du renseignement militaire américain a également plaidé coupable en mars d'espionnage au profit de Pékin. «Aucun pays ne pose une menace plus grande et plus grave en matière de collecte de renseignements que la Chine», a déclaré la semaine dernière le directeur du FBI Christopher Wray.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.