Passer au contenu principal

Trump confirme son intérêt pour le Groenland

Dimanche, le président américain a comparé l'éventuel achat du Groenland au Danemark à une «grosse transaction immobilière».

«Essentiellement, c'est une grosse transaction immobilière», a estimé Donald Trump à propos de l'achat du Groenland. (Photo d'archives)
«Essentiellement, c'est une grosse transaction immobilière», a estimé Donald Trump à propos de l'achat du Groenland. (Photo d'archives)
AFP

Le président américain Donald Trump a confirmé dimanche son intérêt pour acheter le Groenland au Danemark, une éventualité qu'il a qualifiée de «grosse transaction immobilière». Mais il ne s'agit pas d'une priorité pour les Etats-Unis, a-t-il précisé.

«C'est quelque chose dont nous avons parlé», a déclaré M. Trump aux journalistes. «Le concept a surgi et j'ai dit que stratégiquement, c'est certainement intéressant et que nous serions intéressés, mais nous parlerons un peu» avec le Danemark, a poursuivi le président.

Le quotidien économique The Wall Street Journal avait écrit jeudi que le président américain, magnat de l'immobilier avant de se lancer en politique, s'était «montré à plusieurs reprises intéressé par l'achat» de ce territoire qui compte quelque 56'000 habitants et en avait parlé à ses conseillers à la Maison Blanche.

Le président s'est notamment renseigné sur les ressources naturelles et l'importance géopolitique de la région, selon le journal. Interrogé par les reporters sur la possibilité d'échanger le Groenland contre un territoire américain, M. Trump a répondu que «beaucoup de choses peuvent se faire».

Rattachée au Danemark

«Essentiellement, c'est une grosse transaction immobilière», a-t-il estimé. La gigantesque île de l'Arctique «fait beaucoup de mal au Danemark parce qu'ils perdent environ 700 millions de dollars chaque année pour l'entretenir... Et stratégiquement, pour les Etats-Unis, ce serait sympa», a expliqué le président.

Le Groenland était une colonie danoise jusqu'en 1953, date à laquelle il est entré dans la «Communauté du Royaume» danois. En 1979, l'île a obtenu le statut de «territoire autonome», mais son économie dépend toujours fortement des subsides versés par Copenhague.

L'île est aussi rattachée institutionnellement au Danemark, qui se charge des Affaires étrangères, de la Défense et de la politique monétaire. Au 20e siècle, le Groenland avait déjà attiré les convoitises des Etats-Unis, mais ceux-ci avaient été repoussés par le Danemark. Le territoire, couvert de glace, est situé entre les océans Arctique et Atlantique.

«C'est une discussion absurde et Kim Kielsen (Premier ministre du Groenland) a bien entendu précisé que le Groenland n'était pas à vendre et que ça s'arrêtait là», a réagi la Première ministre danoise Mette Frederiksen sur la télévision publique danoise DR. «D'autre part, il y a beaucoup d'autres choses dont nous aimerions discuter avec le président américain», a-t-elle ajouté.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.