Baltimore retrouve un peu de calme grâce au couvre-feu

Etats-UnisBaltimore a retrouvé un semblant de calme mardi. La police est toutefois intervenue, peu après l'entrée en vigueur à 22h d'un couvre-feu nocturne, pour disperser des dizaines de manifestants.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La situation s'est tendue à nouveau dans la nuit de mardi à mercredi à Baltimore, à cause de manifestants qui ont bravé le couvre-feu.

La police a lancé des fumigènes et des bombes au poivre. Mais rien de comparable aux émeutes qui ont secoué la ville lundi, lors desquelles des jeunes ont incendié bâtiments et voitures, saccageant les magasins des zones paupérisées de cette ville du nord-est américain, en réaction au décès d'un jeune Noir dans un commissariat.

Selon la police, dix personnes ont été arrêtées dans la nuit, dont sept pour violation du couvre-feu contre plus de 250 arrestations la veille.

Pendant les minutes précédant ce couvre-feu entré en vigueur mardi à 22h (mercredi 4h en Suisse) et prévu chaque soir jusqu'à 5h00 (11h en Suisse), des policiers avaient sillonné la ville en voitures de patrouille avec des porte-voix, et même un hélicoptère avec un haut-parleur, pour prévenir de l'imminence de cette mise en place.

2000 gardes nationaux

Des violences avaient éclaté lundi juste après l'inhumation de Freddie Gray, 25 ans, décédé quelques jours plus tôt dans des circonstances encore inexpliquées alors qu'il était détenu par la police. Un drame qui a exposé une nouvelle fois la méfiance entre la communauté noire et la police.

Mais malgré les nombreux appels des autorités à regagner leur domicile, des groupes de manifestants - pour la plupart de jeunes hommes noirs - ont défié mardi soir des rangées de policiers en protection anti-émeutes, debout derrière leurs boucliers.

«Cette nuit nous aurons 2000 gardes nationaux et plus d'un millier de policiers en service» à Baltimore pour y «restaurer l'ordre», avait prévenu le gouverneur du Maryland Larry Hogan. La police a averti qu'elle arrêterait toute personne dehors, sauf pour des raisons professionnelles ou médicales.

Tout au long de la journée, des manifestants étaient descendus dans quelques rues de la ville, mais «dans l'ensemble, ça a été une très bonne journée», a résumé en soirée le chef de la police Anthony Batts. De nombreux habitants dans les quartiers de l'ouest de la ville se sont mis à déblayer les devantures de magasins et les rues.

«Questions troublantes»

Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, a condamné comme beaucoup d'autres responsables les violences qui ont enflammé la ville de 620'000 habitants lundi. Il a toutefois admis qu'elles étaient révélatrices d'une crise latente entre la jeunesse noire et la police.

«Nous avons vu trop d'exemples d'interactions entre la police et (...) des gens, surtout des Afro-américains, souvent pauvres, qui soulèvent des questions troublantes», a déclaré Barack Obama.

Il a exhorté la police et la communauté noire à «l'introspection» après plusieurs faits divers où des jeunes Noirs non armés ont été tués par des policiers blancs. Une enquête a été ouverte sur le décès de Freddie Gray mais de nombreux habitants évoquent le dernier exemple des brutalités policières auxquelles les Noirs sont régulièrement confrontés.

Critiquée pour son inaction, la police n'a pas réagi davantage lundi «parce qu'il s'agissait de jeunes de 14, 15 ou 16 ans», a expliqué Anthony Batts. Il a précisé que la vingtaine de policiers blessés étaient désormais sortis de l'hôpital.

Etat d'urgence

Les émeutes ont contrasté avec le calme et la sérénité qui avaient marqué la cérémonie des obsèques de Freddie Gray, la famille de la victime appelant à la retenue.

De nombreux lycéens qui semblaient sortir de l'école ont commencé à s'en prendre aux forces de police stationnées dans la ville en lançant briques, cailloux, bâtons, bouteilles. Les forces de l'ordre ont rapidement été prises de court et plusieurs supermarchés ont été pillés et incendiés, tout comme des voitures et véhicules de police.

Le gouverneur Hogan a décrété l'état d'urgence dans cette ville située à une soixantaine de kilomètres de Washington. (ats/nxp)

Créé: 29.04.2015, 07h26

Articles en relation

Après Ferguson, Baltimore sombre à son tour dans la violence

Etats-Unis Des manifestations ont dégénéré à la suite des obsèques d’un jeune noir mort après son arrestation par la police. Plus...

Violences policières: Obama invite à «l'introspection»

Etats-Unis Le président US a estimé qu'il n'y avait «aucune excuse» pour les violentes émeutes à Baltimore, mais a convenu que le pays était confronté à une crise latente avec la police. Plus...

Le calme revient à Baltimore après de nouvelles émeutes

Etats-Unis Des violences avaient éclaté peu après les funérailles d'un jeune Noir, décédé après son arrestation par la police. La garde nationale a été déployée et un couvre-feu imposé. Le calme s'installe progressivement à Baltimore. Plus...

Des renforts massifs pour ramener le calme à Baltimore

Emeutes Les autorités du Maryland ont annoncé lundi soir le déploiement de la garde nationale et imposé un couvre-feu nocturne pour ramener le calme à Baltimore. Plus...

Violence policière: la manif dégénère à Baltimore

Etats-Unis De violents affrontements ont éclaté entre manifestants et policiers suite aux funérailles d'un jeune Afro-Américain à Baltimore. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...