Réforme: Trump veut une immigration au mérite

Etats-UnisDonald Trump a soutenu mercredi une réforme de l'immigration qui a peu de chances de passer, mais honore sa rhétorique de campagne.

La proposition de loi concoctée par les sénateurs républicains Tom Cotton et David Perdue (au micro) a vocation à donner la priorité aux personnes parlant anglais et à plafonner à 50'000 par an le nombre de réfugiés obtenant l'autorisation de résider aux Etats-Unis. Mercredi 2 août 2017
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump a apporté mercredi son soutien à une refonte du système d'immigration légale aux Etats-Unis, destinée à drastiquement réduire le nombre d'immigrés peu qualifiés et à baser l'attribution du permis de résidence au mérite.

La proposition de loi concoctée par les sénateurs républicains Tom Cotton et David Perdue a vocation à donner la priorité aux personnes parlant anglais et à plafonner à 50'000 par an le nombre de réfugiés obtenant l'autorisation de résider aux Etats-Unis.

«Cette législation représentera la plus importante réforme de notre système migratoire depuis un demi-siècle», a commenté Donald Trump à la Maison Blanche, remerciant les deux sénateurs présents à ses côtés d'avoir élaboré ce projet de loi «historique et très crucial».

Le texte a peu de chances d'être adopté par le Congrès. Il a été immédiatement rejeté par l'influent sénateur de Caroline de Sud, Lindsey Graham, qui dit être en faveur d'un système basé sur le mérite, mais juge que le projet présenté par la Maison Blanche aurait un impact «dévastateur» sur l'économie de son Etat.

Message

Cette annonce offre néanmoins à la Maison Blanche une opportunité de montrer aux partisans du milliardaire qu'il tente de tenir ses principales promesses de campagne. Cette loi baptisée RAISE (Reforming American Immigration for Strong Employment, ou Réformer l'immigration américaine pour un emploi fort) «va changer la façon dont les Etats-Unis délivrent des cartes vertes aux ressortissants d'autres pays», a ajouté Donald Trump, faisant référence au permis de résident permanent «Green Card».

L'attribution de ce document très convoité sera déterminée par un système de notation, qui «avantagera les immigrés parlant anglais, pouvant subvenir financièrement à leurs besoins et à ceux de leur famille et possédant des compétences qui contribueront à notre économie», a fait savoir le républicain.

Selon la Maison Blanche, «seulement un immigré sur quinze vient aux Etats-Unis sur la base de ses qualifications».

«En moyenne, un million d'immigrés sont autorisés à s'installer légalement aux Etats-Unis chaque année et la plupart d'entre eux sont des travailleurs peu ou pas qualifiés», a poursuivi l'exécutif. «Cet afflux revient à ajouter la population de San Francisco chaque année au pays».

«Protéger les américains»

L'objectif est de réduire ce nombre environ de moitié avec ce nouveau système inspiré des dispositifs en vigueur au Canada et en Australie, ont indiqué les sénateurs. Pour le président, la législation actuelle a «mis la pression sur les travailleurs et les contribuables américains et sur les ressources de la communauté».

«Elle a été injuste pour notre population, pour nos citoyens, pour nos travailleurs», a-t-il relevé, assurant que la réforme envisagée protègerait «les familles américaines en difficultés».

Mais, pour ses détracteurs, cette évolution législative se traduira en réalité par une baisse des salaires à cause de la réduction du nombre d'immigrés créateurs d'emplois. L'Académie nationale des sciences a conclu, après avoir étudié des statistiques sur deux décennies, que l'impact de l'immigration sur les salaires des travailleurs natifs des Etats-Unis avait été «très faible».

En revanche, selon elle, «l'immigration a eu un impact globalement positif sur la croissance économique à long terme des Etats-Unis» même si la première génération d'immigrés a plutôt représenté un fardeau pour les ressources de la nation.

Reste que le message présidentiel va probablement réchauffer le coeur des travailleurs blancs peu qualifiés - sa base électorale - dont les salaires ont stagné et qui pensent que leur domination culturelle s'érode.

Longue route

Il avait esquissé en mars, lors de son premier discours de politique générale devant les deux chambres du Congrès réunies en session commune, les contours d'une réforme du système d'immigration aux Etats-Unis consistant à privilégier les immigrants les plus qualifiés et à faire preuve de fermeté envers les clandestins.

Donald Trump a fait de la lutte contre l'immigration illégale issue d'Amérique latine une priorité de son programme, avec notamment le projet de construction d'un mur à la frontière avec le Mexique. En particulier pour lutter contre la violence des gangs hispaniques.

Mais ce projet de limitation de l'immigration légale a peu de chances de recevoir un vaste soutien de la part des dirigeants d'entreprises et même au sein du parti républicain.

Tom Cotton a présenté une première fois sa proposition de loi en février au Sénat, où elle est restée depuis dans les limbes. (afp/nxp)

Créé: 03.08.2017, 04h20

Articles en relation

L'Italie met sous séquestre le bateau d'une ONG

Crise migratoire Bloqué à Lampedusa par les gardes-côtes, un bateau de l'ONG Jugend Rettet est soupçonné d'avoir aidé à l'immigration illégale. Plus...

Gangs et clandestins dans le viseur de Trump

Etats-Unis Le président américain, en visite dans un quartier hispanique de Long Island, a exhorté le Congrès à l'aider à mettre fin aux flux d'immigration clandestine et à accélérer les expulsions. Plus...

L’immigration motivée à 62% par des raisons professionnelles

Etude Des chercheurs de l’Université de Genève ont interrogé 6000 personnes arrivées en Suisse depuis 2016. Plus...

L'immigration continue de reculer en Suisse

Population Le solde migratoire a diminué de 11,9% au premier semestre de cette année. La baisse est très marquée pour les ressortissants de l'UE. Plus...

L'immigration européenne au plus bas

Suisse Le nombre d'Européens venus travailler en Suisse dépasse à peine les 15'000 personnes sur six mois. La tendance baissière se poursuit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...