«Le livre sur «El Chapo» se referme avec cette perpétuité»

CriminalitéLe parrain a critiqué la justice américaine mercredi avant d’être condamné à la prison à vie et à rendre 12,7 milliards de dollars.

L’audience s’est terminée au bout d’une heure sur un baiser soufflé par «El Chapo» en direction de sa femme, Emma Coronel.

L’audience s’est terminée au bout d’une heure sur un baiser soufflé par «El Chapo» en direction de sa femme, Emma Coronel. Image: REUTERS/JANE ROSENBERG

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Joaquín Guzmán, alias «El Chapo», a écrit mercredi, dans une salle d’audience bondée du Tribunal fédéral de Brooklyn, l’épilogue de sa carrière brutale de parrain du célèbre cartel de Sinaloa. Pour son dernier face-à-face avec le juge Brian Cogan, le célèbre narcotrafiquant mexicain savait qu’il n’échapperait pas à la prison à vie assortie d’une peine additionnelle de 30 ans de prison. Selon la loi américaine, la longue liste de crimes pour lesquels il avait été reconnu coupable en février dernier était automatiquement assortie d’une peine de prison à perpétuité.

Alors «El Chapo» a parlé. Pendant une vingtaine de minutes, il a fait part de ses récriminations à l’égard de la justice américaine et de ses conditions de détention «inhumaines». «Le gouvernement des États-Unis va m’envoyer dans une prison dans laquelle mon nom ne sera plus jamais entendu, a-t-il dit en espagnol. C’est ma seule opportunité de dire qu’il n’y pas eu de justice ici.»

Pour l’occasion, «El Chapo» avait laissé repousser sa moustache iconique qu’il avait rasée pendant son long procès. L’homme de 62 ans s’est adressé à la Cour dans un espagnol saccadé. Il a projeté l’image d’un homme acculé, très éloignée de celle du criminel brutal, puissant et sans pitié qui a inspiré une série sur Netflix. Regardant sans cesse son épouse, Emma Coronel, présente à l’audience, «El Chapo» a critiqué le juge pour avoir refusé de lui accorder un nouveau procès.

«Terreur accablante»

Ses avocats avaient demandé en vain en mars que le cas soit rejugé après les révélations de «Vice» selon lesquelles certains jurés du procès n’avaient pas obéi aux ordres de la Cour de se couper totalement de la couverture médiatique du procès. Les médias avaient notamment révélé que les procureurs possédaient des preuves sur le fait qu’«El Chapo» se faisait livrer des adolescentes qu’il surnommait «vitamines» et avec lesquelles il avait des relations sexuelles. Ces éléments n’avaient pas été présentés au procès.

«El Chapo» a dénoncé la «torture émotionnelle et physique» dont il a dit avoir fait l’objet durant ses 30 mois d’incarcération à New York. Ces accusations ont laissé de marbre le juge Cogan, qui avait rejeté au début du mois la requête du narcotrafiquant pour un nouveau procès en raison de la «montagne de preuves» contre lui. Au moment de le condamner à la prison à vie et à verser 12,7 milliards de dollars, le magistrat a souligné la «terreur accablante» que Joaquín Guzmán a fait régner durant des années.

«El Chapo» a aussi été confronté à l’une de ses anciennes victimes, Andrea Velez Fernandez. Entre deux sanglots, la jeune femme a admis avoir «péché» et avoir été utilisée comme un appât par le cartel de Sinaloa pour kidnapper un ancien militaire en Équateur. Elle a décrit le complot orchestré par «El Chapo» avec des Hells Angels pour la faire éliminer, une fois qu’elle était devenue un témoin gênant. «Je suis devenue une ombre sans nom», a-t-elle affirmé.

Vous pouvez faire disparaître Joaquín Guzmán, vous n’arriverez pas à faire disparaître la puanteur de ce verdict

L’audience s’est terminée au bout d’une heure sur un baiser soufflé par «El Chapo» en direction de sa femme. À l’extérieur du tribunal, Jeffrey Lichtman, l’un de ses avocats, a vivement critiqué la décision du juge de ne pas octroyer un nouveau procès à son client. «Vous pouvez enterrer Joaquín Guzmán sous des tonnes d’acier et le faire disparaître. Vous n’arriverez pas à faire disparaître la puanteur de ce verdict», a lancé Jeffrey Lichtman en faisant référence à la prison de sécurité maximale dans le Colorado dans laquelle «El Chapo» devrait être transféré.

Angel Melendez, un agent spécial du département américain de la Sécurité intérieure, a offert une lecture très différente du verdict. «Le livre sur «El Chapo» s’est refermé aujourd’hui avec cette peine de prison à perpétuité, a-t-il déclaré. Cette sentence sépare le mythe «El Chapo» de l’homme Joaquín Guzmán. Et pour l’homme, c’est la fin de la route.»

Créé: 17.07.2019, 22h20

Articles en relation

Les 5 révélations les plus croustillantes du procès d’«El Chapo»

États-Unis Le pot-de-vin, le cartel informatisé, les armes incroyables, La «sucette», le «gros» et le «parrain» et la cavale tout nu. Plus...

«El Chapo» écrit le dernier épisode de sa saga criminelle

Mexique - États-Unis Le verdict du jugement de l'ex-patron du cartel de Sinaloa, le plus puissant du monde, sera prononcé ce 17 juillet 2019. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.