Joe Biden mise gros sur la Caroline du Sud

Primaires démocratesDistancé dans la course à l'investiture démocrate, l'ancien vice-président compte sur une victoire en Caroline du Sud pour se relancer.

«Je suis confiant»: Joe Biden, 77 ans, a martelé cette phrase en sillonnant la Caroline du Sud à la veille de ce vote crucial pour son avenir. (Vendredi 28 février 2020)

«Je suis confiant»: Joe Biden, 77 ans, a martelé cette phrase en sillonnant la Caroline du Sud à la veille de ce vote crucial pour son avenir. (Vendredi 28 février 2020) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tentant de se relever après ses premiers mauvais résultats, l'ancien vice-président américain Joe Biden espère remporter samedi la Caroline du Sud, une victoire qui pourrait le remettre en selle dans les primaires démocrates et peut-être freiner l'élan de Bernie Sanders.

La course reste longue jusqu'à l'investiture d'un candidat démocrate pour affronter le républicain Donald Trump lors de la présidentielle de novembre. Mais la dynamique s'accélère avec l'approche du «Super Tuesday» de mardi, lorsque 14 Etat voteront.

«Je suis confiant»: Joe Biden, 77 ans, a martelé cette phrase en sillonnant la Caroline du Sud à la veille de ce vote crucial pour son avenir. Les sondages lui donnent une large avance dans cet Etat où les Noirs, chez qui il reste très populaire, représentent plus de la moitié de l'électorat démocrate.

«Les amis, une victoire en Caroline du Sud nous aiderait à gagner un grand élan juste au bon moment», a-t-il tweeté à ses partisans vendredi soir.

L'ancien bras droit de Barack Obama a bien besoin d'une nette victoire, après n'être arrivé que quatrième et cinquième, respectivement, dans l'Iowa et le New Hampshire. Certes il a grimpé à la deuxième place dans le Nevada, mais il est resté très loin du sénateur indépendant Bernie Sanders, qui l'a désormais clairement remplacé dans le statut de grand favori des primaires démocrates.

Le «socialiste» autoproclamé fait campagne, à 78 ans, sur un programme très à gauche pour les Etats-Unis. «Ensemble, nous allons (...) créer un gouvernement au service de tous», promet-il à ses foules de partisans, en dénonçant un président Trump «raciste», «sexiste», «homophobe», «xénophobe» et «sectaire».

«L'establishment» contre Sanders

Son ascension inquiète certains démocrates modérés qui craignent que Bernie Sanders ne puisse pas convaincre les électeurs plus centristes, indispensables selon eux pour battre Donald Trump.

«Pensez-vous que se présenter comme socialiste puisse aider en Géorgie, en Caroline du Nord, en Caroline du Sud, au Texas ?», des Etats du Sud plus conservateurs, a lancé sur CNN vendredi Joe Biden, qui est soutenu par de nombreuses figures du parti. Un argument que Bernie Sanders rejette fermement.

«L'establishment dit Bernie ne peut pas battre Trump », a déclaré le sénateur du Vermont vendredi en Caroline du Sud. «Et bien je vous appelle à étudier les 60 derniers sondages menés dans ce pays, 56 nous donnent devant Trump!». «Nous remporterons cette campagne parce que notre programme répond aux besoins des classes populaires», a-t-il ajouté. Lui aussi a multiplié les événements en Caroline du Sud vendredi.

Venue le voir à Columbia, la capitale, Michele Patterson, 59 ans, disait apprécier sa «compassion, sa cohérence». «Je sais que s'il gagne l'investiture démocrate, beaucoup de gens qui ont voté pour Trump la dernière fois (en 2016, ndlr) voteront pour lui, parce que j'en connais», a-t-elle confié à l'AFP.

Trump s'invite encore

Derrière Bernie Sanders et Joe Biden, six autres candidats sont encore en lice pour l'investiture démocrate, dont plusieurs joueront leur survie ces prochains jours. En Caroline du Sud, le milliardaire Tom Steyer, 62 ans, s'est hissé à la troisième place des sondages grâce à une intense campagne, qui lui a déjà coûté plus de 20 millions de dollars.

La pression sera grande samedi sur la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, 70 ans, qui avait un temps fait figure de favorite mais n'a pas percé lors des premiers scrutins.

Après ses bons résultats dans l'Iowa et le New Hampshire mais un score plus décevant dans le Nevada, l'ex-maire de South Bend Pete Buttigieg, 38 ans, est aussi très attendu. Il doit absolument démontrer qu'il peut mieux faire auprès des minorités, car cet électorat est clé pour tout démocrate voulant remporter la Maison Blanche.

Le multi-milliardaire Michael Bloomberg, 78 ans, passera encore une fois son tour en Caroline du Sud puisqu'il attend le «Super Tuesday» pour entrer dans la course.

Distribuant ses surnoms moqueurs, le républicain Donald Trump a, suivant sa nouvelle habitude, de nouveau nargué les démocrates vendredi soir en organisant un meeting sur leur terrain de campagne, en Caroline du Sud. (afp/nxp)

Créé: 29.02.2020, 03h18

Articles en relation

Plus d'un milliard dépensé en publicité

Primaires américaines Les candidats à la Maison blanche, et en particulier le milliardaire Bloomberg, sont en train de battre des records de dépenses publicitaires. Plus...

Nancy Pelosi rappelle Bernie Sanders à l'ordre

États-Unis Favori des primaires démocrates, Bernie Sanders devra bien obtenir une majorité absolue pour décrocher l'investiture. Plus...

Le socialiste Bernie Sanders en super-favori

Primaires démocrates Après sa victoire dans le Neveda, le sénateur démocrate de 78 ans est désormais en position de force pour briguer la Maison Blanche aux couleurs de son parti. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...