Joe Biden fait durer le suspense dans la course à la Maison Blanche

Etats-UnisL’ancien vice-président américain a fait allusion samedi à sa probable candidature à la présidentielle de 2020, mais n’a pas encore rejoint le Texan Beto O’Rourke en tête du peloton des démocrates déterminés à défier Donald Trump l’année prochaine.

Les indices concernant une probable candidature officielle de Joe Biden sont de plus en plus nombreux.

Les indices concernant une probable candidature officielle de Joe Biden sont de plus en plus nombreux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Joe Biden est quasiment entré dans la course à la Maison-Blanche samedi soir à Dover dans son Etat du Delaware. La langue de l’ancien vice-président a visiblement fourché alors qu’il s’adressait à un parterre de démocrates. “Je suis le plus progressiste de tout ceux qui font campagne….”, a glissé Joe Biden sous les acclamations de la foule avant de se corriger. “Je suis le plus progressiste de tous ceux qui feraient campagne”, a-t-il glissé en faisant le signe de croix. Ces dernières semaines, les signaux indiquant une annonce de la candidature de Joe Biden, 76 ans, se sont multipliés. A la fin février, l’ancien vice-président de Barack Obama a affirmé avoir reçu le soutien de sa famille s’il décidait de se lancer dans une campagne qui s’annonce “très, très, très difficile”. Au début du mois, le New York Times a révélé que l’un de ses proches conseillers, a appelé les potentiels adversaires de l’ancien vice-président pour l’investiture démocrate à la Maison-Blanche en 2020 pour les prévenir que celui-ci était à “95%” décidé à se lancer dans la course. Joe Biden est en tête dans les premiers sondages et domine un large peloton de prétendants qu’ont officiellement rejoint jeudi le jeune politicien texan Beto O’Rourke et dimanche la Sénatrice de New York Kirsten Gillibrand.

Ces deux derniers candidats ont des perspectives pour l’instant très différentes dans la course à la Maison-Blanche. Beto O’Rourke est la star montante du parti démocrate. En novembre dernier, l’ancien Représentant progressiste d’El Paso, une ville texane à la frontière avec le Mexique, a failli faire chuter le Sénateur républicain Ted Cruz dans un Texas qui reste normalement une terre promise aux républicains. Il a battu des records de levée de fonds pour sa campagne et à inspiré les militants démocrates bien au-delà des frontières du Texas. Le politicien de 46 ans est régulièrement comparé à Barack Obama en raison de son message positif et de son charisme.

Pour Kirsten Gillibrand, une Sénatrice qui avait porté le mouvement #Metoo au Congrès à la fin 2017, la course à l’investiture démocrate en 2020 s’annonce plus compliquée. La New-Yorkaise de 52 ans qui a officialisé ses ambitions présidentielles dimanche dans une vidéo et prépare un meeting électoral le 24 mars au pied du Trump Hotel à New York, a fait l’objet de révélations embarrassante la semaine dernière. Elle est soupçonnée de n’avoir pas réagi avec détermination face aux accusations de harcèlement sexuel qu’une jeune employée de son staff avait formulées à l’encontre d’un des proches collaborateurs de la Sénatrice en 2018. Elle n’atteint pas la barre de 1% dans les sondages et a peiné jusqu’ici à se distinguer dans un peloton qui compte 16 candidats démocrates.

Outre Joe Biden et Beto O’Rourke, l’inusable Bernie Sanders, 77 ans, fait partie des favoris en ce début de campagne. La Sénatrice californienne Kamala Harris a aussi fait une entrée remarquée dans la course et a fait de l’ombre à ses collègues du Sénat Cory Booker, Elizabeth Warren et Amy Klobuchar qui rêvent aussi de défier Donald Trump en 2020. Jeudi dernier, au moment de l’entrée en lice de Beto O’Rourke, la campagne de Kamala Harris a envoyé un email à ses supporters mentionnant spécifiquement le jeune Texan pour tenter de lever des fonds.

Après avoir lancé sa campagne jeudi et vendredi dans des petites villes de l’Iowa, le premier Etat à se prononcer dans la course à l’investiture démocrate, Beto O’Rourke était dimanche matin dans le Wisconsin, une Etat perdu de peu par Hillary Clinton en 2016 et qui avait propulsé Donald Trump vers la Maison Blanche. Lors d’une rencontre avec des électeurs, l’ancien musicien a comparé la course à la Maison-Blanche au punk rock qui “permis au rock de revenir à ses racines”. A un un petit garçon qui demandait “Pouvez-vous être gentil?”, Beto O’Rourke a répondu: “Oui soyons gentils les uns envers les autres”. Le Texan a rappelé sous les applaudissements de la foule que la priorité des démocrates en 2020 était de s’unir derrière la personne qui représentera le parti afin de battre Donald Trump.

Créé: 17.03.2019, 21h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.