Donald Trump s’est libéré de ses contradicteurs

États-UnisDan Coats, directeur des services de renseignement, quitte la Maison-Blanche. L’homme était l’un des derniers à oser tenir tête au président.

Dan Coats lors d'une audition devant le Sénat en février 2018.

Dan Coats lors d'une audition devant le Sénat en février 2018. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump a annoncé dimanche la démission du dernier membre de son administration qui osait encore lui tenir tête. Dan Coats, l’ancien sénateur républicain de l’Indiana qui dirigeait les services de renseignement depuis 2017, va quitter son poste à la mi-août. Il sera remplacé le représentant texan John Ratcliffe, un fidèle du président des États-Unis. John Ratcliffe s’est révélé aux Américains la semaine dernière lorsqu’il s’est efforcé d’attaquer la crédibilité de Robert Mueller, l’ancien procureur spécial qui avait mené l’enquête sur l’ingérence russe de 2016. L’élu texan de 53 ans a affiché sa détermination à protéger Donald Trump face aux soupçons d’entrave à la justice.

Alors que Robert Mueller a répété à plusieurs reprises que Donald Trump n’avait pas été blanchi, John Ratcliffe a contre-attaqué avec force. Il a accusé l’ancien procureur spécial de n’avoir pas été légalement autorisé à écrire la seconde partie de son rapport sur les agissements de Donald Trump. Il avait aussi coupé la parole à Robert Mueller lorsque celui-ci a tenté d’expliquer sa décision de ne pas disculper le président des États-Unis.

Cette performance de John Ratcliffe a retenu l’attention de Donald Trump. Cinq jours à peine après l’audience de Robert Mueller, le président proposait à l’ancien maire d’une petite ville de la banlieue de Dallas de prendre la tête du renseignement américain.

Le départ de Dan Coats, 76 ans, conclut la purge opérée par Donald Trump à la Maison-Blanche. Ces derniers mois, le président a placé des loyalistes en remplacement des républicains traditionnels, comme son ancien chef de cabinet John Kelly ou l’ancien chef du Pentagone, James Mattis, qui lui tenaient tête. Dan Coats avait eu de nombreux accrochages avec Donald Trump sur la question de l’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

Le 16 juillet 2018, lorsque Donald Trump avait préféré croire les dénégations du président russe Vladimir Poutine plutôt que les conclusions de ses propres services de renseignement, Dan Coats avait répondu dans un communiqué: «Nous avons été clairs dans nos conclusions sur l’ingérence russe dans l’élection de 2016 et leurs efforts en cours et intrusifs pour affaiblir notre démocratie», avait-il affirmé.

Peu après, Dan Coats avait donné l’impression de se moquer de Donald Trump lors d’un forum au cours duquel il avait appris que le président des États-Unis avait invité Vladimir Poutine à Washington. «Répétez ça», avait-il dit à son interlocutrice avant d’inspirer longuement. «OK, ça va être spécial.» Et le «New York Times» a révélé cette semaine que la Maison-Blanche avait édulcoré un récent rapport des services de renseignement sur l’ingérence russe dans les législatives américaines de 2018.

Dan Coats avait aussi contredit Donald Trump en début d’année sur la Corée du Nord et affirmé que Pyongyang n’abandonnerait probablement pas son arsenal nucléaire. Cette prise de position avait irrité un Donald Trump qui avait conseillé à ses services de renseignement de retourner à l’école. Le processus de confirmation de John Ratcliffe s’annonce délicat au Sénat. Le Texan a déjà essuyé les critiques de Chuck Schumer, le chef de la minorité démocrate à la chambre haute du Congrès, qui l’a accusé de faire preuve de «loyauté aveugle» envers Donald Trump.

Créé: 29.07.2019, 22h05

Articles en relation

Robert Mueller: «Mon enquête n’est pas une chasse aux sorcières»

États-Unis L’ancien procureur spécial qui a investigué sur l’ingérence russe a offert des arguments laconiques à l’opposition à Trump. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.