Donald Trump se met les pompiers californiens à dos

États-UnisLes menaces du président de couper dans les fonds alloués à la Californie ravagée par les feux provoquent un tollé.

Des pompiers observent les développements de l’incendie qui ravage Malibu, au sud de la Californie.

Des pompiers observent les développements de l’incendie qui ravage Malibu, au sud de la Californie. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Mal informé», «méprisant», «dangereux», «insultant». Les pompiers californiens n’ont pas hésité à critiquer frontalement Donald Trump ces derniers jours. Le président des États-Unis a déclenché une nouvelle polémique en attaquant ce week-end la Californie pour sa gestion des forêts dévastées par des incendies meurtriers et en menaçant de lui couper dans les vivres.

«Soyez malins!» a lancé le président dimanche sur Twitter alors que plus de 8000 pompiers luttaient toujours contre des incendies qui ont déjà fait 31 morts et détruit 6400 maisons.

Donald Trump aime s’afficher comme le président soutenu par les soldats, les policiers et les pompiers. Mais ces derniers n’ont pas avalé ses propos. «Minimiser le travail crucial qui permet de sauver des vies et suggérer de manière honteuse la possibilité de couper dans les budgets en période de crise témoigne d’un manque de compréhension troublant sur le désastre que nous combattons et sur le travail dangereux que font nos pompiers», a réagi Harold Schaitberger, le président de l’Association internationale des pompiers en Californie. Il a aussi fustigé les commentaires «dangereux et insultants» de Donald Trump pour les pompiers et pour les victimes.

Président climatosceptique

Le responsable de l’Association des pompiers californiens a réagi tout aussi fortement. «Le message du président attaquant la Californie et menaçant de refuser de l’aide aux victimes d’incendies cataclysmiques est mal informé, inopportun et méprisant pour tous ceux qui souffrent et pour les hommes et femmes qui sont au front», a martelé Brian Rice, le président de l’association qui représente 30 000 pompiers.

«Il n’y a pas de raison pour ces feux de forêt massifs, meurtriers et coûteux en Californie si ce n’est que la gestion des forêts est si mauvaise», avait aussi affirmé Donald Trump samedi. En politisant sa réaction aux incendies qui dévaste un État majoritairement démocrate, le président a ravivé le débat sur le réchauffement climatique aux États-Unis.

Carlos Curbelo, un parlementaire républicain modéré qui a perdu son siège à la Chambre des représentants et a essuyé les moqueries de Donald Trump la semaine dernière, a fait dans l’ironie samedi sur Twitter: «En fait, ils (ndlr: les incendies) sont provoqués au moins en partie par cette chose que l’on appelle le changement climatique.»

Jerry Brown, le gouverneur de Californie et l’un des leaders de la lutte contre le réchauffement climatique outre-Atlantique, a aussi répondu au président climatosceptique: «La gestion des forêts partout ne va pas stopper le réchauffement climatique, et ceux qui en doutent contribuent à la tragédie.»

À peine rentré d’un voyage en France, Donald Trump a senti le danger pour lui et a joué lundi la carte de l’apaisement. «Les pompiers californiens, la FEMA (ndlr: l’organisation gouvernementale qui gère les catastrophes naturelles) et les secouristes sont fantastiques et très courageux», a-t-il tweeté en fin de matinée lundi. «Merci et que Dieu vous bénisse tous!»

Menaces et intervention

Dans la foulée, il a aussi menacé de retirer les États-Unis de l’OTAN et a demandé que la Floride arrête de recompter les voix pour les élections très serrées au Sénat et au poste de gouverneur. Dans ces deux duels, les candidats républicains mènent respectivement par 0,15% et 0,41% face à leurs adversaires démocrates. Donald Trump a choisi de faire abstraction de la loi de Floride, qui ordonne un nouveau décompte lorsque l’écart entre deux candidats est inférieur à 0,5% des suffrages. Il a affirmé, sans apporter de preuves, qu’un «décompte honnête» n’était pas possible en raison de bulletins de vote «massivement infectés». Pendant qu’il s’épanchait lundi sur Twitter, les autorités californiennes ont annoncé le déclenchement d’un nouvel incendie dans la région de Los Angeles.

Créé: 12.11.2018, 22h19

Articles en relation

L’enfer s’abat sur la Californie

Incendies Du nord au sud de l’État, plusieurs foyers ravagent la Californie. Au moins 25 morts et des milliers de bâtiments détruits. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.