Les démocrates freinent Donald Trump mais ne le stoppent pas

Élections de mi-mandat La Chambre des Représentants en mains démocrates, mais le Sénat reste aux républicains. Le président crie victoire.

Bien que leurs relations soient conflictuelles, Donald Trump et les journalistes se sont retrouvés, mercredi, après les élections.

Bien que leurs relations soient conflictuelles, Donald Trump et les journalistes se sont retrouvés, mercredi, après les élections. Image: REUTERS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je pense que les gens m’aiment et qu’ils aiment mon travail, franchement.» Donald Trump a offert mercredi aux Américains son analyse des élections législatives de mi-mandat au cours d’une conférence de presse débridée à la Maison-Blanche. Le président des États-Unis a adopté l’attitude combative qui lui vaut l’adoration de ses supporters et s’est attribué la victoire des républicains au Sénat. Dans la foulée, il a critiqué nommément les parlementaires républicains modérés qui ont refusé de s’afficher avec lui pendant la campagne électorale et ont contribué, selon lui, à la défaite des conservateurs à la Chambre des Représentants mardi. «Je ne sais pas si je dois être heureux ou triste», a-t-il glissé en dressant la liste des parlementaires infidèles à sa cause. «Mia ne m’a donné aucun amour et a perdu», a-t-il ajouté en faisant un jeu de mots sur le nom de famille – Love (Amour) – de la Représentante républicaine Mia Love, battue dans l’Utah.

Main tendue et menaces

Donald Trump a donné le ton des deux prochaines années à Washington. Il a tendu la main à la nouvelle majorité démocrate à la Chambre des représentants tout en la menaçant. «J’aimerais voir de l’unité, peut-être pas sur tout mais je pense que nous avons la chance de voir ça», a-t-il affirmé avant de marteler qu’il adopterait une «attitude guerrière» si les démocrates décidaient d’ouvrir des enquêtes sur son administration: «Ils peuvent jouer à ce jeu, mais nous jouons mieux car nous avons cette chose que nous appelons le Sénat des États-Unis».

L’opposition a remporté mardi plus des 23 sièges dont elle avait besoin pour prendre le contrôle de la Chambre des représentants. Elle a été portée par un vote record des femmes qui ont massivement désavoué Donald Trump en raison de ses propos et de son attitude misogynes. 59% des Américaines ont voté démocrate contre 40% pour les républicains.

Mercredi, alors que tous les 435 sièges de la Chambre des Représentants n’étaient pas encore confirmés, 98 femmes avaient déjà été élues. Un record là aussi. Parmi elles, les démocrates Rashida Tlaib et Ilhan Omar vont devenir les deux premières musulmanes à siéger au Congrès. Et Alexandria Ocasio-Cortez, 29 ans, sera la plus jeune parlementaire de l’histoire des États-Unis.

Cliquer ici pour agrandir

Cohabitation

Donald Trump va devoir cohabiter avec Nancy Pelosi. L’élue californienne démocrate âgée de 78 ans devrait, selon toute vraisemblance, être élue à la présidence de la Chambre des Représentants. Elle avait déjà occupé cette fonction entre 2007 et 2011. Elle a affirmé mercredi que les Américains avaient plébiscité les démocrates à la Chambre des Représentants «pour protéger leur assurance maladie et soigner notre démocratie». Nancy Pelosi a aussi affiché la détermination de l’opposition à mettre un terme «au contrôle sans limites du parti républicain» au Congrès et à ouvrir des enquêtes «si nous en voyons le besoin».

La victoire de 7 points des démocrates sur les républicains au niveau du vote populaire, ne s’est pas reflétée sur la composition du Sénat. Les conservateurs y ont renforcé leur majorité en récupérant des sièges démocrates dans l’Indiana, le Missouri et le Dakota du Nord, des États conservateurs remportés par Donald Trump en 2016. Ils sont aussi bien placés en Floride et ont réussi à résister au phénomène Beto O’Rourke au Texas. Ils n’ont finalement laissé échapper que leur siège dans le Nevada.

Ce résultat confirme les profondes divisions aux États-Unis entre l’électorat rural et blanc pro-républicain et l’électorat urbain et métissé pro-démocrate. Il a démontré que Donald Trump pouvait s’appuyer sur une base de supporters solide à l’heure où se profile déjà la présidentielle de 2020. Mercredi, le président a de nouveau attaqué les médias, accusant un journaliste d’être l’«ennemi du peuple» et intimant à plusieurs autres l’ordre de s’asseoir. Il a accusé une journaliste noire de lui avoir posé une question «terriblement raciste» lorsque celle-ci lui a demandé s’il ne donnait pas une légitimité au mouvement suprémaciste blanc en affichant son «nationalisme».

Ministre démissionné

À peine la conférence de presse était-elle terminée que Donald Trump demandait à Jeff Sessions de démissionner. Le président avait critiqué son ministre de la Justice ces derniers mois et lui avait reproché de s’être récusé dans l’enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence russe dans la présidentielle de 2016. Donald Trump a d’ailleurs assuré mercredi qu’il «aurait pu mettre fin» à l’enquête quand il voulait et qu’il pouvait «renvoyer tout le monde». «Mais je ne le fais pas», a-t-il précisé. «Car politiquement, je n’aime pas le faire».

La défaite des républicains à la Chambre des représentants n’a pas non plus restreint les ambitions présidentielles de Donald Trump pour 2020. «Mike veux-tu être mon colistier?» a-t-il demandé au vice-président Mike Pence, présent dans la salle de la conférence de presse. «Lève-toi Mike, lève la main droite. Non c’est OK… Veux-tu? Merci, c’est bien», a-t-il ajouté en faisant signe au vice-président de se rasseoir. Mike Pence a obtempéré. (TDG)

Créé: 07.11.2018, 22h17

Articles en relation

Les démocrates freinent Donald Trump mais ne le stoppent pas

Élections de mi-mandat La Chambre des Représentants en mains démocrates, mais le Sénat reste aux républicains. Le président crie victoire. Plus...

«La guerre de tranchées des démocrates va faire réélire Trump en 2020!»

Midterms Trois questions à Ed Flaherty, ancien coprésident des Republicans Abroad en Suisse. Plus...

Les Américains décident de freiner Donald Trump

Midterms Les démocrates ont vécu une soirée contrastée mardi en reprenant le contrôle de la Chambre des Représentants mais pas celui du Sénat. Plus...

Ils ont fait de ces élections de mi-mandat 2018 un blockbuster

Midterms Les Midterms ont battu des records de participation, mardi. À cause d’un Trump omniprésent et de candidats atypiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...